Municipales 2020 : Pourquoi le parti communiste pourrait se rallier à Nadia Pellefigue

Du 19 au 28 octobre, le PCF de Haute-Garonne consultera ses militants toulousains sur la stratégie à mener pour les élections municipales de 2020. Il sera question d’intégrer le mouvement Une initié par la socialiste Nadia Pellefigue.

© DR

Après avoir consulté les forces en présence et appelé au rassemblement de la gauche au premier tour des élections municipales de 2020, le cœur des communistes toulousains semble à présent balancer vers le mouvement Une initié par la socialiste Nadia Pellefigue. Du 19 au 28 octobre prochain, les 500 militants du PCF de la Ville rose devront se prononcer sur un éventuel ralliement. « En fonction des résultats, nous annoncerons notre choix définitif en novembre », annonce le secrétaire fédéral de la Haute-Garonne Pierre Lacaze. « Nous sommes intéressés par la démarche de Nadia Pellefigue, qui veut regrouper à la fois les citoyens et les partis de gauche ».
Celui qui est aussi conseiller municipal d’opposition revient d’abord sur les liens qu’entretiennent, depuis plus d’une décennie, les socialistes et les communistes à Toulouse : « Nous avons travaillé sur une base commune au sein de la majorité de la précédente municipalité. Aujourd’hui, Nadia Pellefigue porte aussi l’histoire du mandat de Pierre Cohen (ancien maire de Toulouse, NDLR). » Surtout, Pierre Lacaze insiste sur la nécessité, à ses yeux, « d’être d’accord sur le contenu du projet avant de choisir le nom des candidats ».

Archipel citoyen n’a pas séduit les communistes

Voilà un des éléments qui ont éloigné les responsables du PCF de ceux d’Archipel citoyen. Mais ce n’est pas le seul. « Leur processus est intéressant, mais nous ne sommes pas d’accord avec leur méthode. Europe Écologie-Les Verts (EELV) et la France Insoumise (FI) semblent avoir décidé de construire leur liste sans les autres partis de gauche », lance Pierre Lacaze. Il juge enfin que ce mouvement citoyen ne tient pas suffisamment compte de l’impact des politiques menées à l’échelle nationale : « De notre côté, nous considérons comme décisif le fait que Jean-Luc Moudenc soit directement lié à Emmanuel Macron et Édouard Philippe et qu’il soutienne des mesures gouvernementales qui font mal à la politique municipale. »
Jusqu’au mois de décembre, le PCF organisera des rencontres avec les Toulousains, dans plusieurs quartiers de la ville. « Nous ne pouvons rester immobiles, alors que Jean-Luc Moudenc est en pleine campagne ».

1 COMMENTAIRE

  1. cet article ne nous explique pas dans le fond pourquoi le pc s’accroche à nadia ! c’est pour survivre !! uniquement cela. et c’est drôle de lire ceci : “Surtout, Pierre Lacaze insiste sur la nécessité, à ses yeux, « d’être d’accord sur le contenu du projet avant de choisir le nom des candidats ». Voilà un des éléments qui ont éloigné les responsables du PCF de ceux d’Archipel citoyen.
    c’est justement tout le contraire ! archipel pense au projet avant le candidat et pourtant…lacaze est contre pour la simple et bonne raison qu’il ne supporte pas les verts et les insoumis et entend rester le partenaire des socialistes… on a changé d’époque pierre. et nadia serait bien inspirée de s’en rendre compte aussi…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.