lundi 19 avril 2021

Contact

ActualitésPourquoi Toulouse n’est-elle pas passée aux Verts aux dernières municipales ?

Pourquoi Toulouse n’est-elle pas passée aux Verts aux dernières municipales ?

Deux experts de la Fondation Jean-Jaurès ont analysé les raisons pour lesquelles la vague verte des dernières élections municipales n’a pas emporté Toulouse.

Sondage municipales Toulouse Maurice Moudenc
La Fondation Jean-Jaurès analyse l’échec des écologistes à Toulouse aux dernières municipales © DR

“La Ville rose pas assez bobo pour passer aux Verts ?” s’interrogent le politologue Jérôme Fourquet et le cartographe Sylvain Manternach dans une étude pour la Fondation Jean-Jaurès, un groupe de réflexion proche du Parti Socialiste. Ils ont cherché les raisons pour lesquelles Jean-Luc Moudenc a pu résister à la vague verte des dernières élections municipales. Selon eux, la capacité de résistance du maire sortant ou l’échec d’une coalition de gauche à direction écologiste ne suffisent pas à expliquer ce « non-basculement ». « On peut également penser que le positionnement adopté par les deux camps sur des enjeux structurants (place du transport aérien et liaison LGV) a eu un effet dans les urnes », écrivent-ils.

À Toulouse, une gauche trop « archipelisée » aux municipales

Les auteurs pointent d’abord le fait qu’Antoine Maurice avait des chances de l’emporter : le total des trois listes de gauche (Archipel Citoyen, Une énergie pour Toulouse, emmenée par Nadia Pellefigue, et Pour la cohésion de Pierre Cohen) s’établissait à 51,5 % au premier tour. Leur rassemblement n’a pourtant agrégé que 48 % des voix au deuxième. « Ces pertes s’expliquent sans doute en partie par la difficulté à rassembler l’intégralité des segments électoraux auxquelles ces listes se sont adressées ». Ces groupes d’électeurs sont « non seulement différents sur certaines orientations politiques, mais également divers en termes socioculturels, de lieux de résidence et de mode de vie », écrit Jérôme Fourquet.

La ”clientèle” fidèle de Jean-Luc Moudenc

Ensuite, l’ancrage de Jean-Luc Moudenc a beaucoup compté. Il a su rassembler une ”clientèle” fidélisée de longue date, par une « Intense campagne de phoning pour battre le rappel des électeurs. Et pour engranger des procurations, notamment de la part des seniors, toujours inquiets de se rendre au bureau par crainte de la Covid-19 », constate le politologue. « Dans un scrutin marqué par une abstention record, la capacité à mieux mobiliser (ou à moins mal mobiliser) son électorat que l’adversaire est décisive ».

L’effet Airbus

Alors que durant l’entre-deux-tours, « l’épidémie a provoqué un gigantesque trou d’air pour le secteur aérien », Jérôme Fourquet rappelle qu’Antoine Maurice avait pris pendant la première partie de la campagne des positions assez tranchées, en faveur de l’interdiction des vols de nuit ou pour une diminution de la fréquence de la navette d’Air France reliant Toulouse à Paris. De son côté, Jean-Luc Moudenc présenterait sa liste comme « 100 % favorable à l’aéronautique et au spatial ». « Ces positionnements différents n’ont sans doute pas été sans effet (double négation) auprès des employés d’Airbus et de ses sous-traitants ainsi qu’auprès des salariés travaillant à l’aéroport », estime le spécialiste.

La LGV et les reports de voix

Il constate également que la ferme opposition d’Archipel citoyen au projet de construction d’une ligne LGV entre Bordeaux et Toulouse a constitué une des principales pierres d’achoppement à l’alliance au second tour avec la liste de Nadia Pellefigue. « Cela a sans doute contribué à nuire à la qualité des reports d’une partie des voix de cette dernière sur Antoine Maurice du second tour. Cela a laissé par ailleurs à Jean-Luc Moudenc le créneau du maire ‘’aménageur-soucieux-du-développement-économique-de-sa-ville”, créneau d’autant plus porteur que l’aéronautique, principal moteur de la ville, se grippait. »

La boboïsation par le TGV

Pour clore leur analyse, les experts de la Fondation Jean-Jaurès se demandent « si les deux finalistes n’ont pas en fait joué contre leurs intérêts électoraux » en adoptant la position qui était la leur sur la LGV. En effet, « une ville nouvellement desservie voit arriver (…) des individus porteurs d’une vision du monde que l’on pourrait appeler écolo-progressiste », écrit Jérôme Fourchet, citant les victoires écologistes dans des villes desservies par le TGV, comme Lyon, Strasbourg, Tours Poitiers ou Bordeaux. La comparaison avec la cité girondine est d’ailleurs éloquente. « La différence d’intensité des changements socioculturels dans les deux villes constitue pour nous l’une des raisons expliquant le sort opposé qu’ont connu les deux listes de gauche à direction écologiste à Bordeaux et à Toulouse (…) L’absence d’une LGV a donc sans doute pénalisé Antoine Maurice et favorisé Jean-Luc Moudenc en freinant le changement sociétal et la “boboïsation” de la Ville rose », concluent les auteurs.

Philippe Salvador
Philippe Salvador a été reporter radio pendant quinze ans, à Toulouse et à Paris, pour Sud Radio, Radio France, RTL, RMC et BFM Business. Après avoir été correspondant de BFMTV à Marseille, il est revenu à Toulouse pour cofonder le magazine Boudu.

Articles en rapport

Toulouse : Les commerçants arrivent sur l’application de dons alimentaires HopHopFood

HopHopFood, association qui lutte contre le gaspillage et la précarité alimentaire, se développe à Toulouse. Lancée en France en 2016, son application mobile propose...

Le marché de Noël de retour sur la place du Capitole

Le mois de décembre parait bien loin et pourtant, la mairie commence déjà à préparer le marché de Noël. L’événement devrait faire son retour...

Le Stade Toulousain s’incline dans le derby face à Castres

Le Stade Toulousain s’est incliné 24-26 face à Castres ce samedi après-midi. Avec cette défaite, La Rochelle pourrait chiper la première place de Top...

Des promenades ludiques lors du confinement avec Randoland

Vous cherchez une promenade dans un rayon de 10klm de chez vous ? Randoland peut vous aider à trouver votre prochaine balade. Cette association...

Covid-19 : L’Occitanie déplore 3 906 décès après hospitalisation

Alors que la France à dépassé hier soir le seuil des 100 000 décès attribués à la Covid-19, l’Occitanie déplore 3 906 morts après...

Toulouse engage un programme de prévention contre l’isolement des seniors

La Mairie de Toulouse diffuse le programme de prévention Icope conçu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour les seniors de plus de...

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img