mercredi 23 juin 2021

Contact

CultureSuite à l'arrêt annoncé de Via Occitanie, un nouveau projet de média...

Suite à l’arrêt annoncé de Via Occitanie, un nouveau projet de média en ligne régional pourrait voir le jour

Un collectif de producteurs, réalisateurs et techniciens régionaux se mobilise pour la création d’un nouveau média en ligne en Occitanie.

nouveau média Occitanie
Après l’arrêt de Via Occitanie, un collectif issu de la filière audiovisuelle régionale souhaite créer un nouveau média en ligne ©AndyLeungHK

Avec le dépôt de bilan annoncé de Via Occitanie la filière audiovisuelle régionale se retrouve à nouveau en difficulté. Quelques années après l’arrêt de TLT, c’est peu ou prou le même scenario qui s’est reproduit pour les producteurs locaux. Ces derniers constatent en effet l’échec récurrent des modèles de télévisions locales gérées par des médias privés. Et par extension, des dispositifs de soutien à la création audiovisuelle qui consistaient à doter ces chaînes de fonds spécifiques à travers des Contrat d’objectifs et de moyens (COM) signés avec des collectivités locales.

Des fonds de soutien à la création audiovisuelle engloutis

« Chaque fois, ces fonds ont fini par être détournés et engloutis dans un déficit structurel. Beaucoup d’entre nous se retrouvent à nouveau avec des impayés importants. Ce système qui passe par des chaînes privées sans contrôle et avec une gestion catastrophique ne peut plus durer », explique Pascal Bonnet, créateur de la société de production Les films du Sud. Pour s’affranchir de ce modèle, ce dernier a donc élaboré, avec d’autres acteurs de la filière, un projet alternatif.

Producteurs, réalisateurs, artistes, techniciens… Un collectif qui réunit aujourd’hui une centaine de personnes se mobilise ainsi pour créer un nouveau média régional, en ligne, dédié à la culture. « Cela fait 10 ans que nous réfléchissons à la création d’une plateforme qui permettrait de rendre la filière moins dépendante, pour un paysage audiovisuel sain et équilibré. Après avoir remis le projet au goût du jour, il nous semble que c’est le bon moment pour se lancer », poursuit Pascal Bonnet.

Documentaires, captations de spectacles vivants, fictions…

Les contours de ce nouveau média en ligne en Occitanie, qui n’a pas encore de nom, sont en tout cas déjà bien définis. Celle-ci reposerait sur la diffusion d’œuvres de création audiovisuelles : documentaires, captations de spectacles vivants, fictions, magazines… Soit des programmes, dits de “stock”, dont « le mode de fabrication exclut l’urgence et la valeur demeure dans le temps », décrit le document de présentation réalisé par le collectif. « L’idée est de ne pas être dans l’instantanéité de l’actualité – il n’y aurait, par exemple, pas de journaux télévisés – mais celle-ci pourra être traitée dans le fonds, à travers des films ou des reportages », précise le producteur.

Valoriser le territoire et ses initiatives

Le contenu, lui, serait dédié à la culture mais aussi à la mise en valeur du territoire et des initiatives qui s’y développent, avec une attention particulière pour l’écologie et l’éducation populaire. Et serait donc proposé gratuitement sur Internet. Un format web-télé largement avantageux par rapport à une diffusion hertzienne en terme de coût. Mais qui répond aussi à l’évolution des usages.

Quant au financement, les initiateurs du projet évoquent un modèle reposant en priorité sur des financements publics au travers de COM, de subventions ou de parrainages de diffusion. Le collectif évoque un budget global de 2,5 millions d’euros auquel pourraient donc participer la Région Occitanie, les Départements et autres communautés de communes. A l’approche des élections régionales, il compte bien mettre le sujet au cœur des débats.

« Nous avons écrit une lettre à Carole Delga et nous lançons un appel à soutiens pour être les plus nombreux possible à faire en sorte que ce projet vital puisse voir le jour. Des initiatives semblables existent dans d’autres régions. C’est donc largement réalisable, bien moins cher que les millions ayant abouti à des faillites et bien plus souple à mettre en place », assure Pascal Bonnet.

Nicolas Mathé
Pigiste, il a observé l’actualité pour différents titres de la presse écrite locale et nationale pendant presque 10 ans, avant d’intégrer la rédaction du journal en février 2018 pour se consacrer exclusivement à la quête des solutions de demain.
 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img