mercredi 14 avril 2021

Contact

Culture Culture. Toulouse pourrait-elle voir partir les collections du Château d'eau ?

Culture. Toulouse pourrait-elle voir partir les collections du Château d’eau ?

En chassant l’association qui gérait historiquement le Château d’eau, la Mairie de Toulouse prend le risque de voir les précieuses collections qui y sont réunies prendre le chemin d’une autre ville. Quel avenir pour ce précieux patrimoine toulousain ?

Château d'eau Toulouse
Quel avenir pour le fonds du Château d’eau à Toulouse ? © DR

C’est une bataille dont le dénouement pourrait ressembler à un divorce : les meubles pour l’un, la maison pour l’autre. À la différence que c’est l’avenir des collections du Château d’eau qui est en jeu. En effet, depuis 2019, un conflit oppose l’association Photographie au Château d’eau (Pace), gestionnaire historique de l’emblématique galerie toulousaine, et la Mairie de Toulouse, propriétaire des lieux. Et si les deux parties n’arrivent pas à s’entendre, l’ensemble du fonds qui comprend plus de 5000 photographies, 13 000 ouvrages et une collection de périodiques pourrait quitter la Ville rose. « Une menace pour l’intégrité du fonds artistique et documentaire de la Galerie du Château d’Eau » dont s’est émue la Mairie de Toulouse dans une lettre ouverte envoyée, ce lundi 19 février, aux membres de l’association.

Une collection qui n’appartient pas à la ville de Toulouse…

Et si la collectivité s’inquiète de voir un tel patrimoine lui échapper, c’est qu’elle n’en est pas propriétaire. Toutes les œuvres et documents conservés au Château d’eau ayant été acquis par l’association Pace, depuis sa création par Jean Dieuzaide il y a plus de 40 ans, à l’aide, entre autres, de conséquentes subventions des collectivités. Un état de fait anormal pour l’équipe municipale en place qui a souhaité changer ce modèle et revendiquer la propriété des différentes collections.

… Mais à une association

Ainsi, bien que la galerie du Château d’eau soit revenue dans le giron de la Mairie suite à son passage en régie municipale en début d’année 2020, l’ensemble du fonds, lui, reste propriété de l’association Pace. Comme l’a confirmé, le 2 février dernier, le tribunal administratif de Toulouse qui n’a reconnu « aucun droit de retour ou de propriété à la commune de Toulouse ». Une décision pour laquelle la collectivité a déposé un recours en cassation auprès du Conseil d’État. Néanmoins, aujourd’hui, en écartant l’association Pace de ses locaux historiques, la Mairie de Toulouse prend le risque de la voir partir avec ses collections.

Entre droit et éthique

Une possibilité que l’équipe municipale juge inacceptable. « Ce n’est pas une question juridique, c’est une question d’éthique, de respect de la mémoire du lieu, et de Jean Dieuzaide. C’est également une question de déontologie, car les fonds ont été acquis pour grande partie avec l’argent public versé à l’association (5,4 millions d’euros entre 2009 et 2019). Même si des factures sont au nom de Pace, les œuvres ont été achetées en grande partie avec l’argent du contribuable toulousain », alertent Francis Grass, adjoint au Maire en charge de la Culture, et Pierre Esplugas-Labatut, adjoint au maire en charge de l’image, coauteurs de la lettre ouverte envoyée aux membres de l’association.

Un projet à Mazamet

« Cette lettre relève d’une campagne de dénigrement médiatique et vient à un moment clé où notre association doit prendre une décision pour assurer sa survie  », regrette Pierre Drouillard, le président de l’association. En effet, depuis le passage en régie directe, l’association Pace, privée des ressources nécessaires à son fonctionnement, cherche une alternative pour assurer la conservation et la valorisation de ses collections. « C’est ce que nous offre la commune de Mazamet qui s’engage à mettre à notre disposition un lieu d’archivage et d’exposition adapté. Notre but est de faire vivre et rayonner régionalement notre fonds. Nous sommes d’accord sur le fait que ce patrimoine culturel devrait rester à Toulouse, mais nous n’avons pas de propositions convaincantes de part de la Mairie », explique-t-il avant de dénoncer une tentative de spoliation.

Un « comportement prédateur » de la Mairie de Toulouse

Pour le président, l’association Pace est victime d’un « comportement prédateur » de la collectivité qui chercherait à provoquer son dépôt de bilan afin de récupérer ses collections. « En réduisant de 438 000 euros, sur les cinq dernières années, les aides qui nous étaient allouées, l’équipe de Jean-Luc Moudenc a volontairement endetté l’association (à hauteur de 100 000 euros, NDLR). Avant, fin 2019, de proposer de rééquilibrer nos comptes en échange de nos collections », rappelle-t-il. Une stratégie de pompier-pyromane doublée d’un mauvais calcul, à ses yeux, puisque la liquidation de l’association entraînerait la vente aux enchères publiques d’un catalogue d’une valeur très largement supérieur au montant de la dette. « Toutes ces œuvres seraient alors définitivement perdues pour la collectivité », avertit Pierre Drouillard.

Les conditions du dialogue

Pour lui, le maintien des collections historiquement liées au Château d’eau serait donc conditionné au règlement gracieux de la dette par la collectivité et à la reconnaissance de son autorité en matière de gestion du fonds. « Si l’on compare le montant de notre passif avec celui correspondant à la baisse des subventions, la mairie aura tout de même réalisé une belle économie », ironise le président de l’association avant d’ouvrir la porte à la reprise du dialogue et de la coopération. « Des solutions, il y en a. Mais il faut que la Mairie cesse de considérer que le fonds lui appartient et que c’est indiscutable. »

De son côté, la Mairie de Toulouse demande à l’association d’attendre la décision du conseil d’État avant de prendre des engagements avec une autre collectivité. Car pour elle, la question de la propriété du fonds n’est « pas encore définitivement tranchée et dans l’attente de la décision des juges, leur déplacement dans un autre lieu est à ce stade juridiquement contestable ». Seulement alors, le dialogue pourra se poursuivre sur des « bases juridiques établies ».

Articles en rapport

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Numérique. Emmaüs Connect lance une grande collecte d’ordinateurs inutilisés

Pour lutter contre l'exclusion numérique de huit millions de français, Emmaüs Connect lance une grande collecte pour récupérer les ordinateurs et smartphones non utilisés...

Tarn-et-Garonne : L’emploi salarié en baisse malgré les dispositifs mis en place

Une réunion s’est déroulé mardi 13 avril entre Chantal Mauchet, préfète du Tarn-et-Garonne et le Service public de l’emploi départemental (SPED). L’occasion de revenir...

Au Bonheur des Dames, la nouvelle librairie féministe de Toulouse

Depuis le 9 janvier 2021, une librairie féministe et généraliste, indépendante et engagée a ouvert à Toulouse. « Il manquait à Toulouse un espace entièrement dédié...

Montpellier. 12 nouvelles rues porteront des noms de femmes

Lors du conseil municipal de Montpellier de ce lundi 12 avril, les élus ont voté pour que 12 des nouvelles rues des quartiers Près...

Covid-19 : En Aveyron, les hospitalisations se multiplient

Le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 en Aveyron a doublé depuis le début de l’année 2021. La situation épidémique se dégrade et le taux d’incidence...

Peut-être un deuxième Ntamack pour la Coupe du monde de rugby 2023 en France

Francis Ntamack, frère de l'emblématique Émile et oncle de l'inarrêtable Romain, vient d'être nommé sélectionneur de l'équipe nationale de rugby de Madagascar. https://www.youtube.com/watch?v=R2wnucJowtM Dans la famille...

Les élections régionales et départementales encore reportées

Les élections régionales et départementales sont reportées aux 20 et 27 juin 2021. Après un vote consultatif des députés, le report d'une semaine a...

Aveyron : 1 040 kilomètres de routes de nouveau limités à 90 km/h

1 040 kilomètres de routes dans le département de l’Aveyron vont être de nouveau limités à 90 kilomètres/heure. Cette décision fait suite à une...

Le CHU de Toulouse ferme-t-il des lits en cardiologie par manque d’effectifs ?

Depuis près d'une semaine, des soignants du CHU de Toulouse sont en grève pour dénoncer un manque de moyens ainsi qu'une logique de ''fermeture...

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

Les plus lus

Au CHU de Toulouse, des essais prometteurs pour les victimes d’infarctus

Reconfinement : la colère des personnels hospitaliers du CHU de Toulouse

Pour le syndicat CGT représentant les personnels hospitaliers du CHU de Toulouse, le reconfinement n'est qu'une mesure restrictive de plus destinée à pallier les...
Economie Occitanie

Airbus et l’aéronautique en danger : scénario catastrophe pour Toulouse ?

Toulouse pourrait-elle connaître dans les années à venir le même sort que la ville de Detroit aux États-Unis, dévastée par l'effondrement de l'industrie automobile ?...
Bourg d'Oueil

Sorties en Haute-Garonne [1/6] : villages tranquilles et vallées secrètes

A l'heure où le déconfinement s'opère jour après jour en France, le département de la Haute-Garonne a une belle carte à jouer pour relancer...
station ski Superbagnères

Deux jours de ski gratuit dans les stations du Mourtis et de Luchon-Superbagnères !

Une semaine avant leur ouverture officielle, les stations de Luchon-Superbagnères et Le Mourtis offrent deux journées d’accès gratuit à leur domaine skiable, les vendredis 13...

Le plus bel arbre de France est à Sorèze, à 60 kilomètres de Toulouse

Ce mercredi 19 août, le hêtre de Saint-Jammes, à Sorèze, recevra le prix de l’arbre remarquable de l’année 2019, qui récompense le plus beau...

Urbex : 4 lieux improbables à l’abandon à Toulouse

Hôtel, maison de retraite, châteaux, restaurant universitaire, ces bâtiments se sont retrouvés abandonnés du jour au lendemain. Des lieux d'urbex figés dans le temps,...

Covid-19. Le variant breton fatal aux frelons asiatiques

Des chercheurs du Centre de recherche et d'analyses sur la cognition et la réflexologie animale de Toulouse ont observé des effondrements d’essaims de frelons...
La situation épidémique actuelle

Covid-19 : dans le Tarn, la situation épidémique se dégrade

La situation épidémique inquiète dans le département du Tarn. Le taux d’incidence est supérieur à la moyenne régionale et le taux de décès est...