mercredi 21 octobre 2020
Actualités Subvention des associations : premiers accrochages au conseil municipal de Toulouse

Subvention des associations : premiers accrochages au conseil municipal de Toulouse

Pour sa première réunion délibérative, ce vendredi 10 juillet, le conseil municipal de Toulouse a connu ses premiers accrochages, dès le début de la séance, au sujet des subventions versées aux associations environnementales.

©Patrice Nin

Il flottait encore un air de campagne électorale, ce vendredi 10 juillet, dans la salle des Illustres du Capitole, où était réuni le nouveau conseil municipal de Toulouse. Opposition et majorité s’échangeant des propos que l’on a beaucoup entendus ces derniers mois. La toute première délibération a ainsi donné lieu à une empoignade. Il s’agissait en l’occurrence d’approuver les aides versées par la Ville aux associations de protection de l’environnement. « Vous pourriez augmenter ces subventions », a proposé immédiatement au maire la conseillère Hélène Magdo, pour le groupe Archipel Citoyen. Jean-Luc Moudenc répondant que « leurs montants correspondent à ce que nous ont demandé les associations. Les augmenter par principe n’aurait aucun sens ». Le ton était sec et les invectives nombreuses. « Un maire de l’Écologie en ville aurait pu rendre le vélo gratuit ou lancer un plan de rénovation énergétique des bâtiments dès aujourd’hui », a lancé à nouveau Hélène Magdo. Réplique du maire de Toulouse : « Cela s’apparenterait à de l’improvisation. L’écologie en ville mérite plus de sérieux que vous ne lui en accordez. Vous faites d’ores et déjà un usage immodéré de votre droit de parole… et bien nous ferons un usage immodéré de l’action. À notre rythme, pas au vôtre. » La délibération ne sera mise au vote qu’un quart d’heure après, remportant une large majorité, ce qui fera ironiser Jean-Luc Moudenc : « Cela valait bien la peine que l’on se dispute à ce sujet ! »

Des stratégies de groupes déjà bien définies

Auparavant, les propos liminaires des présidents de chacun des trois groupes du Conseil municipal avaient donné le la de cette nouvelle mandature. Les stratégies de chacun éclatant au grand jour. Pour Archipel Citoyen, Antoine Maurice veillera à ce que les promesses de campagne de Jean-Luc Moudenc soient suivies des faits : « Vous aviez dit que vous défendriez tous les emplois, et, dans une interview publiée le 8 juillet, vous annoncez qu’en tant que maire vous n’avez pas les marges de manœuvre suffisante », fait remarquer le candidat malheureux du deuxième tour du scrutin du 28 juin. De son côté, le maire de Toulouse se fera un devoir de répondre sans détour à chaque mise en cause : « Vous déformez les termes du débat public, c’est malhonnête. Si vous étiez à la place que les Toulousains m’ont accordée, vous n’auriez pas plus de pouvoir que moi. » Logiquement, l’opposition continuera de dénoncer le bilan du locataire du Capitole telle « la décision brutale d’augmenter les impôts en 2014 », dixit Vincent Gibert pour le groupe PS-PC. Et Jean-Luc Moudenc de remettre les choses dans leur contexte : « Le gouvernement que vous souteniez à l’époque (celui de Jean-Marc Ayrault, NDLR) avait imposé des baisses drastiques de dotation… » Vieilles lunes et match interminable : voilà qui présage des débats laborieux et des avancées coûteuses.

Philippe Salvador
Philippe Salvador a été reporter radio pendant quinze ans, à Toulouse et à Paris, pour Sud Radio, Radio France, RTL, RMC et BFM Business. Après avoir été correspondant de BFMTV à Marseille, il est revenu à Toulouse pour cofonder le magazine Boudu.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport