dimanche 13 juin 2021

Contact

Les brèves du JTQualité de l'air : la pollution aux particules les plus fines mesurées en...

Qualité de l’air : la pollution aux particules les plus fines mesurées en Occitanie

Afin de mesurer plus précisément la pollution atmosphérique, Atmo Occitanie, l’observatoire en charge de la surveillance de la qualité de l’air au niveau régional a intégré un nouvel indice. L’organisme va désormais prendre en compte le niveau des microparticules en suspension les plus fines. 

Atmo Occitanie qualité air pollution
Atmo Occitanie va désormais mesurer cinq polluants atmosphériques en Occitanie @Nicolas Mathé

Selon l’OMS, elles sont responsables de plus de quatre millions de décès par an dans le monde et elles augmentent, même à faibles doses, les risques de développer des maladies chroniques telles que le diabète ou l’hypertension. Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, Atmo Occitanie, l’organisme indépendant chargé de la surveillance de la qualité de l’air dans la région, ne mesurait pas les niveaux de contaminations des matières particulaires les plus fines, celles dont le diamètre est inférieur à 2,5 µm (PM 2,5). Un indice manquant que l’observatoire local va désormais prendre en compte.

Cinq polluants atmosphériques mesurés en Occitanie

Afin de s’aligner sur les seuils européens ainsi qu’avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Atmo Occitanie mesurera donc, désormais, les taux de cinq polluants atmosphériques : l’Ozone (03), le dioxyde d’azote (NO2), le monoxyde de soufre (SO) et les matières particules inférieures à 10 µm (PM 10) comme à 2,5 µm (PM 2,5).

Disparition du qualificatif « très bon » et ajout de « extrêmement mauvais »

Selon les nouveaux indices, dont les seuils limites de concentration ont globalement été abaissés, Atmo Occitanie ne pourra plus qualifier la qualité de l’air de « très bonne ». En revanche, un nouveau qualificatif « extrêmement mauvais » a été ajouté à l’échelle dont dispose l’observatoire pour présenter ses bulletins périodiques. De même, cet abaissement des seuils limite de contamination implique de facto une augmentation du nombre de jours avec des indices qualifiés de «moyen» à «très mauvais». « Pour autant, la qualité de l’air ne se dégrade pas et tend à s’améliorer en Occitanie », rappelle Atmo Occitanie. Un changement de terminologie qui reflète donc d’avantage un durcissement des critères de contrôle qu’une dégradation de la qualité de l’air.

Enfin, afin de rester cohérent avec ce nouvel étalonnage de l’échelle de mesure, Atmo Occitanie a fait le choix de décorréler le qualificatif « mauvais » de la qualité de l’air de la notion « d’épisode de pollution ».

(Source : communiqué de presse)

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img