[Dossier] Quand l’égalité femme-homme devient naturelle.

ÉQUITÉ. Spécialisée dans l’ingénierie et le conseil informatiques, la société Labsoft est aujourd’hui une référence en matière d’ égalité femme-homme au travail. Le recrutement paritaire est devenu pour la direction d’un tel naturel que la question d’une discrimination positive en faveur des femmes ne se pose même pas. 

Labsoft égalité femme-homme
©Franck Alix/JT

« C’est un non-sujet », s’exclame Jacques Frouvelle, gérant et fondateur de Labsoft, quand il est interrogé sur l’ égalité femme-homme au travail. « Pour moi, il est inconcevable qu’un recrutement puisse prendre en compte des caractéristiques de genre, de religion, de couleur, de sexualité ou autre d’ailleurs. Nous ne prêtons attention qu’aux compétences ! » Dans son entreprise, créée en 2011, 40% des salariés y sont de sexe féminin.

Effectivement, au siège social, situé à Labège, les portes de la majorité de bureaux s’ouvrent sur des silhouettes féminines. Ici, sont gérés l’administratif, le recrutement, la comptabilité, les relations humaines. « Ces postes sont essentiellement occupés par des salariéEs. Pour le coup, c’est une volonté affichée car les femmes sont plus… » « Sensibles », le coupe Corinne Lacoste, DRH de Labsoft, qui pénètre dans la salle de réunion. Elle gère 130 personnes et estime également qu’une oreille féminine peut faire la différence. « Il faut être à l’écoute et j’ai remarqué que les salariés se confient plus à une DRH femme », explique Jacques Frouvelle.

« Les quatre plus gros salaires de l’entreprise sont ceux de femmes »

Le reste du personnel, plus opérationnel, a lui une composition plus mixte. Mais une chose est sûre, « ici, à poste égal, salaire égal », certifie le gérant. « D’ailleurs, hors direction, les quatre plus gros salaires de l’entreprise sont ceux de femmes chefs de projets. » Seules l’expérience et la performance ont permis à de nombreux hommes de Labsoft d’atteindre un salaire supérieur: « Les augmentations dépendent uniquement d’une grille salariale qui reste la même pour tout le monde, peu importe le sexe. » Ces critères objectifs sont calculés sur la base de la satisfaction client, du comportement de la personne et de son adaptation RH. Ainsi, « sans y faire particulièrement attention, ou du moins sans faire de discrimination positive, nous atteignons naturellement une quasi-parité dans nos effectifs globaux de recrutement », souligne Corinne Lacoste.

Mais le gérant de Labsoft reste conscient qu’une telle démarche est plus facile à mettre en place pour une grosse entreprise car l’absence qu’engendre un congé maternité, par exemple, pénalise beaucoup plus une société de cinq ou six salariés. « Car quoi que l’on en dise, cela a un coût ! » Mais peu importe pour l’entreprise. Pour preuve, Alicia a cumulé trois congés parentaux consécutifs pour ses enfants, l’amenant à une indisponibilité de près de cinq ans. « Nous avons certes perdu la mission sur laquelle elle travaillait mais son choix personnel a été respecté. Nous l’avons reformée à son retour et elle est opérationnelle aujourd’hui », précise Corinne Lacoste. C’est une question de culture d’entreprise : ici, une maternité annoncée n’est pas perçue comme un risque potentiel mais comme une bonne nouvelle. Benoît, installé dans le bureau adjacent, vient d’ailleurs d’accueillir son troisième enfant et s’est vu allouer une prime exceptionnelle de 149euros par l’entreprise. Ce qui est valable pour les femmes semble l’être aussi pour les hommes, et inversement.

D’ailleurs, quand en 2014, la loi a imposé aux entreprises de mener des actions en faveur de l’égalité, la direction de Labsoft a été surprise : « Nous avions pour obligation de négocier des accords avec les employés pour s’assurer que les femmes n’étaient pas sous-payées. Mais chez nous, elles gagnaient déjà plus que les hommes ! » Jacques Frouvelle plaisante: « Fallait-il augmenter les hommes ? Mais sur quels critères ? » Une question volontairement provocatrice pour cette société qui n’a finalement jamais été confrontée à de telles questions, car l’égalité y est érigée en véritable culture d’entreprise.


A lire aussi :

Egalité homme/femme : Au boulot !

Quelles solutions pour l’égalité homme/femme au travail ?

Ils oeuvrent pour l’égalité homme/femme à Toulouse.

Le rôle clé des entreprises dans l’égalité salariale

Quand l’égalité salariale passe aussi par les hommes

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.