[Dossier] Ils font autrement

p7-telemedicine_consult-intel-free-press
©Intel Free Press

Favoriser la Téléconsultation. Certains hôpitaux et établissements d’hospitalisation à domicile suivent leur patient via Internet. Grâce à une webcam, les malades, une fois rentrés chez eux, peuvent montrer et expliquer leur situation à un médecin qui n’a donc plus besoin de se déplacer. Seules conditions: être accompagné d’un soignant et respecter le règlement de l’Agence régionale de santé. « Les hôpitaux ont besoin de faire sortir les patients rapidement, cela permet donc de leur offrir une prise en charge de qualité, même quand ils sont chez eux », explique Olivier Galy, directeur général de MH Comm, une société toulousaine spécialisée dans les plateformes de digital santé.

Installer une Maison de santé. Pour réagir par anticipation aux départs en retraite des médecins de la communauté de communes de Saint-Béat en Comminges, et attirer des remplaçants, les élus ont décidé de mettre en place un lieu de soin pluridisciplinaire. « Pour que ceux qui travailleront ici n’aient pas peur d’avoir des horaires de médecins de campagne et s’appuient sur un travail d’équipe », explique Joël Gros, maire de Cierp Gaud. Il espère que cette infrastructure pourra « montrer aux jeunes internes, venant parfois faire des remplacements, qu’ils peuvent s’installer facilement. » Le dossier vient d’être validé par le Département, reste à séduire la Région.

©DarkoStojanovic
©DarkoStojanovic

Attirer les médecins étrangers. La mairie d’Assier, dans le Lot, a fait appel à un cabinet de recrutement pour trouver un remplaçant au généraliste en place. Un médecin espagnol a finalement été sélectionné. « Pour l’attirer, nous lui avons fait des propositions alléchantes : la ville paye ses locaux pendant un an, et d’autres avantages sont mis en place notamment par l’État », raconte le maire Patrick Roques qui évoque une aide accordée grâce à la situation du village en zone de “revitalisation rurale”. Il a aussi le statut de “praticien territorial de médecine générale” : sous réserve de réaliser 165 consultations par mois, le ministère lui garantit un complément de rémunération.

A lire aussi : Désert médical : Toubib or not toubib ? 

A lire aussi : La médecine générale a de l’avenir 

A lire aussi : Maisons médicales, ces gardes du corps

A lire aussi : Inciter plutôt que contraindre 

A lire aussi : Les solutions de la semaine 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.