La Fédération française des motards en colère de l’Hérault (FFMC 34) a lancé un appel à manifester, ce vendredi 15 juillet à 19h, au départ du Zénith. Ils protestent notamment contre le contrôle technique moto.

Manifestation de motards prévue à Montpellier
La Fédération française des motards de l’Hérault (FFMC 34) appelle à une manifestation ce vendredi 15 juillet à 19h (illustration, 2017). Crédit photo : Thomas Bresson (wikimedia commons) / CC BY 4.0.

« Cette manifestation, c’est un coup de semonce », prévient Jean-Luc Vrignaud, coordinateur de la Fédération française des motards en colère de l’Hérault (FFMC 34). Ce vendredi 15 juillet à 19h, les motards se rejoindront au Zénith de Montpellier pour une manifestation dans les rues de la ville. La raison de leur colère : le contrôle technique moto.

Ils rejoindront le Peyrou en cortège, non sans faire une halte devant la préfecture de l’Hérault. « On va rappeler leurs engagements au gouvernement. Ils nous on promis l’abrogation du contrôle technique moto, ils semblent l’avoir oublié. Et si ça ne suffit pas, toutes les FFMC monteront à Paris pour tout bloquer. » avertit le coordinateur de la FFMC 34.

En tout, entre 200 et 250 motards sont attendus à Montpellier pour cette manifestation. En effet, la FFMC 34 devrait avoir des renforts du Gard, du Vaucluse, et de la Fédération française des bikers (FBF).

« Un impôt déguisé »

Le contrôle technique moto, mesure impulsée par l’Union européenne, ne convainc pas les motards. « 0,02% des accidents sont dû au mauvais état d’une moto. Il faut comprendre qu’aucun motard ne part sans vérifier voire survérifier son véhicule. Parce que le tarif, pour lui, c’est le tapis. Cette mesure n’est qu’un impôt déguisé pour ceux qui roulent en moto », avance Jean-Luc Vrignaud. Il ne retient pas non plus l’argument antipollution : « au contraire, la moto fluidifie la circulation ! ».

Si les motards de la FFMC 34 manifestent à Montpellier, c’est aussi pour rappeler qu’ils peuvent se mobiliser sur d’autres sujets comme la zone à faible émissions (ZFE) ou le test de la circulation inter-files (CIF).

Leur coordinateur détaille : « Pour l’instant, concernant la ZFE, on a un discours apaisé et une main tendue de la Métropole et de Julie Frêche [la déléguée de la Métropole au Transport, ndlr]. Les deux roues motorisés ont été exclus de la ZFE jusqu’en 2024. Maintenant, on négocie pour qu’ils soient totalement exclus, comme dans d’autres villes de France. Notre slogan : la moto c’est une solution, pas une pollution. »