lundi 20 septembre 2021

Contact

OccitanieHéraultMontpellier : la TaM devient une société 100 % publique

Montpellier : la TaM devient une société 100 % publique

Le Conseil de la Métropole de Montpellier a voté le passage de la TaM (Transports de l’agglomération de Montpellier) en société publique locale. Il s’agit d’accompagner la mise en place de la gratuité sur l’ensemble du réseau.

Le Conseil de la Métropole de Montpellier a voté le passage de la TaM (Transports de l’agglomération de Montpellier) en société publique locale @Montpellier3M
Le Conseil de la Métropole de Montpellier a voté le passage de la TaM (Transports de l’agglomération de Montpellier) en société publique locale @Montpellier3M

C’est officiel, la TaM (Transports de l’agglomération de Montpellier) va devenir, le 1er janvier prochain, une société publique locale, entièrement contrôlée par la collectivité. Un changement de statut, invisible pour les usagers, voté lors du dernier conseil de la Métropole Montpelliéraine. Pour son président Michaël Delafosse il s’agit de « sécurisation juridique […] pour arriver à une clarté de gouvernance », alors qu’il met en œuvre sa promesse de gratuité du réseau de transport urbain de la Métropole. Cette dernière et la mairie de Montpellier, déjà propriétaire de 55 % des parts du capital de la TaM, se porteront acquéreurs des 45 % détenus par des partenaires privées (Transdev, Caisse des dépôts et consignations, Caisse d’Épargne, Banque populaire du Sud, Crédit Agricole, CCI de l’Hérault, l’association CLCV). Selon la vice-présidente Julie Frêche, « il y en a à peu près pour 2M€, à la valeur nominale ». La Ville portant sa participation à 30 % et la Métropole à 70 %.

« Vous jouez au Monopoly »

L’adoption de cette mention a suscité de vives réactions au sein de l’hémicycle montpelliérain, ce 28 juillet. Max Lévita, adjoint aux finances dans la précédente majorité, s’inquiète : « Vous jouez au Monopoly avec TaM. Cette décision n’est pas très sérieuse”. Pour Clothilde Ollier, conseillère métropolitaine d’opposition, « une société publique locale, outre d’échapper aux marchés publics, permet également d’aider les amis au pouvoir […] le texte constitue un véritable appel au favoritisme, à la prise illégale d’intérêts et à l’abus de bien social ». De son côté, Alenka Doulain, du groupe Nous sommes, déplore que la mise en place de la gratuité s’accompagne du réaménagement de certaines lignes, en septembre prochain : « 300 000 km de trajets sont supprimés, on revient à 2019 ».

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img