lundi 27 septembre 2021

Contact

GersActualités du GersLa ville d’Auch équipe ses habitants de pièges à frelons asiatiques

La ville d’Auch équipe ses habitants de pièges à frelons asiatiques

Le bureau d’Hygiène & Prévention des Risques de la ville d’Auch, dans le Gers, met à disposition de ses habitants des pièges pour lutter contre l’invasion de frelons asiatiques. Le retour des beaux jours représente le moment idéal pour installer ces équipements qui stoppent la venue de reines fécondées.

Frelons asiatiques
© Pixabay

Alors que les températures se réchauffent, le Bureau d’Hygiène & Prévention des Risques de la ville d’Auch débute sa distribution annuelle de pièges à frelons asiatiques pour lutter contre les invasions. Depuis 2015, la ville fait don de ces équipements aux Auscitains pour tenter d’enrayer l’installation de jeunes reines fécondées qui réapparaissent lors des premiers jours du printemps.

En effet, avec les premières chaleurs, les reines cherchent un endroit pour s’établir et partent en quête de nourriture, alors que les mâles et les ouvrières meurent l’hiver à cause du froid. Une fois installées, les reines sont les fondatrices de nouvelles colonies dans les 200 mètres avoisinant le nid d’origine. Chaque fondatrice piégée équivaut à une colonie en moins, soit près de 10 000 individus.

Comment ça marche ?

Composé d’un bol et d’un couvercle, le piège à frelons s’utilise à l’extérieur et fonctionne comme une nasse dont l’entrée est facile, mais la sortie impossible. Dans son guide pour lutter contre le frelon asiatique, la mairie explique que le piège doit être posé à l’écart des habitations, à 1 mètre 50 du sol. Par la suite, les habitants doivent y verser un « appât sucré » : une dose bière brune, une dose vin blanc et du sirop de fraise ou de cassis. De l’alcool peut y être ajouté, jouant un rôle de répulsif pour les abeilles, dont l’ennemi est le frelon asiatique.

Ce piège peut être posé dès maintenant, et jusqu’à la fin du mois de mai. Une seconde période de piégeage de ces insectes est possible entre octobre et décembre, au moment où la reine abandonne le nid. Entre ces deux périodes, les pièges risqueraient de tuer d’autres insectes autochtones, ce qui serait nocif pour le développement de la biodiversité. Plus de 600 pièges ont déjà été installés dans la ville et ses alentours. Ils peuvent être récupérés au magasin des services techniques, rue Amiral Bugard du lundi au vendredi de 8 à 12 heures et de 14 à 17 heures.

Alix Drouillat

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img