samedi 31 juillet 2021

Contact

EconomieLa coopérative de l'immobilier : une garantie contre les loyers impayés

La coopérative de l’immobilier : une garantie contre les loyers impayés

La première agence immobilière coopérative de France a été créée à Toulouse. Elle permet aux propriétaires de se prémunir des loyers impayés et des dégradations.

La première agence immobilière coopérative de France a été créée à Toulouse.

Pour ne pas subir d’impayés, les bailleurs et propriétaires de biens immobiliers exigent souvent des garanties que nombre de personnes à la recherche d’un logement ne peuvent remplir. Un cercle vicieux en partie responsable des 29 000 habitats vacants recensés par l’Insee dans la métropole toulousaine ; les locateurs préférant un appartement vide plutôt que d’avoir à réaliser des frais de rénovation ou accumuler des loyers en souffrance.
C’est dans ce contexte que plusieurs bailleurs, investisseurs et agents immobiliers ont créé, en 2017, La coopérative de l’immobilier. Première du genre, cette société coopérative d’intérêt collectif (Scis) toulousaine a « pour mission principale de permettre aux propriétaires de bénéficier d’une mutuelle de protection, mais aussi de les rassurer et de les accompagner dans leurs activités afin de lutter contre la vacance locative et les impayés », souligne Vincent Borrel, président de La Coopérative de l’immobilier. Ainsi, la société propose des services de gestion et de sécurité qui encadrent la relation entre le bailleur, le locataire et l’agence.
Pour cela, la lutte contre la vacance et une assurance impayés-dégradations sont incluses dans tous les mandats de manière systématique et à prix coûtant. « Fini la suspicion, passons à la transparence et à la coopération », poursuit Vincent Borrel. Une équation gagnante puisque le premier bilan de la société s’avère plutôt positif, selon son président : « Nous allons atteindre plus de 50 lots en gestion et sommes en train de suivre la huitième transaction en achat-vente en à peine 18 mois. » Un modèle que la Scic a pour projet de dupliquer dans d’autres métropoles.

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.
 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img