Nom de la région : « Occitanie-Pays Catalan nous représenterait tous »  

Nom occitanie pays catalan

A un peu plus d’un mois de la décision des élus régionaux concernant le nouveau nom de la grande région LRMP, les militants catalans ont tenu à livrer leurs arguments pour que la Catalogne soit évoquée dans celui-ci.

Par Antoine Vergnaud

Du 9 mai au 10 juin, les citoyens sont invités via une plateforme en ligne (www.lenomdemaregion.fr) à choisir le nom pour la nouvelle région LRMP parmi les 5 propositions retenues par ‘‘le comité du nom’’ mis en place par la région : Languedoc, Occitanie, Pyrénées-Méditerranée, Languedoc-Pyrénées, et enfin Occitanie-Pays Catalan.

C’est sur cette dernière proposition que les représentants du SEM (plateforme composée de partis politiques catalans et d’associations de la société civile) invitent les citoyens à faire leur choix, lors de la dernière phase de consultation qui se termine le 10 juin, le « quart d’heure catalan, la période durant laquelle nous allons montrer que nous n’avons pas dit notre dernier mot », indique Jaume Roure, fondateur du parti Unitat Catalana. « Notre combat est légitime et nous avons des arguments à faire valoir. Aucun nom ne sera défendu comme le nôtre! ».

« Nous ne venons pas en donneurs de leçons », nuance toutefois Pere Manzanares, fondateur de Ràdio Arrels, qui émet en catalan. « Cependant, il convient de faire des rappels. Historiquement, à côté du Roussillon et autour de Perpignan, il y a des micro-régions qui forment la Catalogne du Nord. Nous avons 1200 ans d’histoire commune avec le Sud ».

« Ce qui n’est pas nommé n’existe pas », Pere Manzanares

Mais alors, pourquoi ne pas proposer Languedoc-Rouergue ou encore Pyrénées-Quercy, entre autres? C’est là que la langue est un argument de poids : « L’occitan et le catalan sont parlés sur l’ensemble du territoire de la région et nos deux langues seraient ainsi reconnues dans le nom Occitanie-Pays Catalan. Ce qui n’est pas nommé n’existe pas, c’est pourquoi nous voulons travailler de concert avec les occitans», continue Pere Manzanares. « Un nom qui évoque les langues historiques ne serait d’ailleurs pas une nouveauté en France! »

A ceux qui estiment que revendiquer cette identité culturelle serait excluant, le représentant de la SEM répond que « La Catalogne, terre de passage et d’intégration, est dans la protection mais jamais dans la fermeture. Les nouveaux arrivants en Pyrénées-Orientales ont une identification spontanée et massive à cette identité catalane qui est fédératrice. Beaucoup d’entreprises locales font d’ailleurs référence à la Catalogne dans leurs noms. Tous ces gens se disent d’ailleurs catalans, et non pas Pyrénées-Orientaliens! ».

La Catalogne, région reconnue à l’international

Si cette reconnaissance de l’identité et de la langue catalanes est impérative pour eux, les représentants du SEM appuient également sur les avantages que le nom Occitanie-Pays Catalan pourrait apporter à la région, dans ses relations à l’international. « La Catalogne, qui se bat aujourd’hui pour son indépendance, est la région la plus riche et la plus proche de LRMP et pourrait être un de nos partenaires privilégiés. En l’évoquant dans son nom, notre région aurait une approche internationale plus parlante. La Catalogne, Barcelone et surtout le Barça sont connus partout dans le monde ».

Les résultats de la grande consultation ne seront connus que le 10 juin et la décision finale du Conseil régional lors de l’assemblée plénière du 24 juin. Nom qui sera ensuite validé par le Conseil d’Etat. En attendant, les catalans continuent leur combat. « Nous organisons des réunions dans les villages pour rapprocher les occitans de notre cause. Occitanie-Pays Catalan est un nom qui nous représenterait tous et nous devons nous allier. » 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.