[DOSSIER] Recherche inconnus pour vacances partagées

co-vacances_def

AFFINITES. Pas le budget, ou l’envie de partir seul.  Une alternative aux congés traditionnels répond aux nouveaux besoins des vacanciers et convint de plus en plus : les “covacances”, des colocations avec des inconnus, le temps d’un été.

Par Marine Mugnier

« Attirez l’attention sur votre profil avec un titre qui donne envie d’en savoir davantage ». S’inscrire sur un site de covacances ressemble à s’y méprendre à une agence de rencontre. « Est-ce que vous êtes bavard ? Calme ? Aventurier ou prévoyant ? » demande le questionnaire d’adhésion. Il s’agit en fait de connaître les envies des futurs vacanciers pour mieux assortir le groupe de colocataires et limiter les moments de tensions pendant les congés. « On a beau aimer ses amis, les séjours ensemble ne se passent pas toujours bien ». C’est à partir de ce constat que l’idée de colocationdevacances.com a germé dans l’esprit de Fabien Dimeglio. Si on l’écoute, ce sont donc les centres d’intérêt commun qui créent de beaux séjours. Véronique est partie en vacances en groupe grâce au site Les Covoyageurs et confirme : « J’ai déjà vu le cas de personnes qui partageaient la même chambre et n’avaient pas d’affinités, elles n’avaient rien à se dire, l’ambiance était pesante pour elles ». Certains font la fête toute la nuit quand d’autres préfèrent se lever tôt ; certains se lancent dans un marathon des musées quand d’autres adorent griller à la plage. En 2010, Fabien Dimeglio a donc lancé un site mettant en lien les amateurs de séjours partagés. Deux motivations animent les 7000 membres de cette plateforme, passer du temps avec des vacanciers qui ont un profil similaire mais aussi partager le loyer d’une location. « Au début, les gens regardaient timidement ce nouveau concept, puis un an plus tard, l’effet Blablacar, s’est fait sentir ». Les Français osent dorénavant plus facilement l’aventure du collectif, du partage.

« On a beau aimer ses amis, les séjours ensemble ne se passent pas toujours bien »

Nicolas fait partie de ceux-là. Lui a testé Flatpooling. Cette jeune entreprise propose des locations de logements directement sur sa page internet et les utilisateurs peuvent payer en ligne. Le jeune homme semble être séduit avant tout par l’aspect pratique de l’offre : « Je réserve mes week-ends entre potes et l’on trouve des logements adaptés aux groupes. Le fait de partager notre paiement permet d’avoir plus de visibilité sur notre budget. » Une fois la destination sélectionnée, il suffit d’ouvrir un projet de voyage à tous en cochant la case “public”, ou décider de le laisser en “privé”. Autrement dit, le site laisse le choix entre organiser des vacances entre amis ou découvrir de nouvelles personnes. Du collaboratif pour les timides donc.

Si partir en covacances se banalise, le concept est encore loin d’être adopté par tous.  Quand on lui demande de décrire les utilisateurs, Fabien Dimeglio précise : «  Ça n’est pas non plus monsieur et madame tout le monde. » Il s’en doutait, le concept séduit naturellement les jeunes de 20 à 30 ans. En revanche, il a été étonné de voir arriver beaucoup de familles monoparentales : environ un quart des utilisateurs de la plateforme. « Les mamans seules, par exemple, se retrouvent entre elles et s’arrangent pour avoir des enfants du même âge, comme ça ils jouent ensemble », explique Fabien Dimeglio. Le phénomène des covacances vient alors comme une solution à l’isolement, « les différents moments de ma vie où j’ai été célibataire, je redoutais les vacances d’été, plus maintenant ! » conclue une covoyageuse.

A lire aussi : Les congés, pour quoi faire ?

A lire aussi : Les bons plans d’Yves

A lire aussi : Correspondant en détox, merci de laisser un message

A lire aussi : Liberté, égalité, congés payés ?

A lire aussi : Les solutions de la semaine 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.