[Edito] Faire ensemble, faire mieux

JT2014_Logo1ligne_RVB_web

 

L’effet de mode est passé. Ou plutôt, dépassé. Aujourd’hui, l’économie du partage s’impose comme un nouveau mode de vie. La face la plus visible de ce phénomène est bien évidemment la consommation collaborative. Aujourd’hui, neuf Français sur dix ont déjà acheté ou vendu sur le site LeBonCoin, covoituré avec BlaBlaCar, ou encore dormi chez un particulier grâce à AirBnB. Et ce marché devrait encore être multiplié par vingt d’ici 2025.

Mais derrière ces pratiques déjà bien ancrées dans notre quotidien, une autre tendance se dégage : la mutualisation des moyens, la fabrication à plusieurs. C’est à ce volet précis que le Journal Toulousain s’intéresse cette semaine. Parce qu’il reste encore méconnu, confidentiel, et parfois l’affaire d’initiés. Mais aussi parce que ses perspectives semblent tout aussi infinies. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à prédire la naissance prochaine d’un Apple de la production collaborative basée sur les logiciels libres.

Des écosystèmes bouillonnants d’idées, d’envie et de compétences

La comparaison avec le géant à la pomme croquée n’est pas dénuée de sens. Il y a dans les fablabs, ces ateliers de fabrication numérique inspirés de l’initiative d’un professeur du célèbre Massachussets Institute of Technlogy (MIT), quelques similitudes avec les débuts de la bande de Steve Jobs au fond d’un garage : un matériel commun, un esprit de débrouille, et une équipe qui met ses savoir-faire au service de l’autre pour faire aboutir un projet plus ou moins ambitieux.

Au départ, ces fablabs étaient surtout prisés des férus d’informatique et d’électronique, ou des bricoleurs du dimanche. Mais très vite, les professionnels – notamment les start-uppers – ont cerné le potentiel de ces lieux boostés par l’arrivée des imprimantes 3D. Car au-delà du fait de bénéficier du matériel mis à disposition, ces jeunes ou futures entreprises profitent d’un écosystème bouillonnant d’idées, d’envie et de compétences. D’ailleurs, la production collaborative ne se limite pas aux fablabs. Groupement d’artistes, espaces de coworking créés autour d’un projet commun… Le “faire ensemble” a le vent en poupe. Et la réussite des pionniers en la matière ne fait qu’encourager le phénomène.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.