[Il mérite de faire la Une] Goulwenn Tristant, l’homme que rien n’arrête

©KevinFiguier
©KevinFiguier/JT

Toulousain d’adoption, Goulwenn Tristant a toujours été un grand sportif. Passionné de compétitions, ce pompier professionnel a tenté cet été de traverser la Manche à la nage. Un challenge qu’il n’a pas réussi mais il a promis de recommencer. En attendant, il multiplie les compétitions internationales d’ultra-triathlon.

Par Anne Mignard

Challenge. À 35 ans, à pied, à vélo et à la nage, Goulwenn Tristant est un adepte du triathlon XXL.Il est même classé quatrième mondial et premier Français. « J’ai toujours aimé me surpasser, aux arts martiaux tout d’abord, puis au foot, à la boxe, lors de rallyes auto et enfin en triathlon. À chaque fois, c’est la même chose, j’avance, doucement mais sûrement et ça marche ».

Bon vivant. « À chaque compétition, l’objectif est le même : prendre du plaisir comme dans le quotidien ». L’athlète avoue sans complexe manger des hamburgers, du saucisson et du chocolat. « Les barres et boissons de sportifs ne m’ont jamais réussi. Je suis aussi un gros dormeur, pas top pour un sportif. À chaque compétition, c’est le mental qui me sauve, mon principal allié. »

Téméraire. Cet été, l’athlète a choisi de traverser la Manche à la nage. Il a commencé un soir dans une eau à moins de 15 degrés et n’a pas réussi à s’alimenter. Attaqué par des méduses, il a nagé toute la nuit. Mais dès 9h le matin, le pilote qui le suivait a sifflé la fin de la partie. Le nageur n’allait pas assez vite. « J’étais dégouté mais ce n’est pas grave, je recommencerai. »

Entouré. « Chaque compétition est une épreuve. Il y a bien sûr la course, l’instant plaisir, mais aussi les billets d’avion et les hôtels à réserver, les kilomètres à parcourir.» À chaque fois, sa petite amie l’accompagne pour le soutenir. Photographe, elle ne manque pas de prendre des clichés du champion.

Partenariat. Les défis coûtent cher au soldat du feu : « 2 700 livres pour l’organisation de la traversée de la Manche et 1 000 livres en cash directement au pilote qui me suivait. » Cette année, l’ensemble de ses participations aux compétitions lui a coûté 20 000 euros. L’athlète est donc à la recherche de sponsors et souhaiterait même porter les couleurs de sa ville d’adoption : Toulouse.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.