Pourquoi les candidats ne se bousculent pas pour animer les « ramblas » de Jean-Jaurès

En novembre 2019, les travaux sur les allées Jean-Jaurès se termineront. Pour faire vivre ces futurs Ramblas, la mairie a lancé un nouvel appel à idées “Imagin’Ramblas” suite au flop du précédent en 2018. L’occasion pour le groupe d’opposition Génération.s de dénoncer un aménagement d’opportunisme.

Ramblas Jean-Jaurès Toulouse
©BAU-Busquets

Les commerçants ont jusqu’au 30 septembre pour présenter des « montages participant à l’animation commerciale, culturelle et festive » des ramblas-jardins des allées Jean-Jaurès. Les candidats répondront-ils présent ou bouderont-ils le projet comme ce fut le cas au printemps 2018, lors du premier appel “Imagin’Ramblas” ? Les porteurs de la seule proposition sélectionnée à l’époque – 7 à 8 casetas gastronomiques dans des kiosques entre le métro et la place d’Arménie – avaient rapidement abandonné pour des raisons de viabilité économique. « En 2018, il était plus difficile pour les commerçants de s’imaginer sur ces allées qui étaient alors en plein travaux », justifie Jean-Jacques Bolzan, adjoint au maire de Toulouse en charge du commerce.

« Nous avions tout de même eu plusieurs réponses, mais il s’agissait surtout de projets de manifestations ponctuelles que nous n’avions pas retenus pour privilégier ce qui est pérenne.» L’élu espère que, cette fois, la finalisation de l’aménagement des Ramblas permettra à des concepts novateurs d’émerger. « C’est l’objectif de cet appel à idée dont le cahier des charges n’a pas changé : proposer aux acteurs toulousains d’investir cet espace, avec des kiosques permanents. Gastronomie, produits du terroir, convivialité… Nous sommes très ouverts», poursuit Jean-Jacques Bolzan.

Pensés par l’architecte Joan Busquets, les Ramblas, qui s’étendent du boulevard de Strasbourg au Canal du Midi, permettront aux allées Jean-Jaurès de se doter d’espaces verts, de jardins et de zones piétonnes élargies. Le coût des travaux d’aménagement : 20 millions d’euros. Avec l’ambition de transformer les 600 mètres des allées « en un site où les gens pourront déambuler et trouver des animations », continue Jean-Jacques Bolzan.

Pas un axe de circulation naturelle pour les piétons selon Génération.s

Alors, pourquoi ce projet séduisant sur le papier n’a-t-il pas encore trouvé grâce aux yeux des commerçants ? Dans l’opposition, la présidente du groupe Générations.s au conseil municipal, Isabelle Hardy, avance sa propre hypothèse. « Les allées ne mènent à rien, ce n’est pas un axe de circulation naturelle pour les piétons qui pour se rendre à la gare, par exemple, vont préférer la rue Bayard. Ce projet manque d’une vision d’ensemble, il a été pensé en termes d’aménagement et pas d’usage. Nous craignons que cela devienne un espace vide et peu fréquenté », explique-t-elle.

« Guidés par l’opportunisme dans l’objectif de créer un parking »

En toile de fond, le groupe Génération.s critique la construction d’un parking de 400 places confié à Indigo. « Les Ramblas ont été guidés par l’opportunisme dans l’objectif de permettre sa création », poursuit Isabelle Hardy. « Sur ces allées Jean-Jaurès, la circulation continuera d’être intense et les modes de déplacements doux ne seront pas favorisés : comment imaginer que les Toulousains se promèneront à côté d’un grand axe ? » Dans l’attente des résultats de l’appel à idées, Jean-Jacques Bolzan, lui, prépare un plan bis en cas d’échec: « Il y a d’autres possibilités si l’appel ne fonctionne pas. Nous organiserons des événements ponctuels entre culture, convivialité et gastronomie pour mettre de la vie sur les Ramblas. »

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.