mercredi 14 avril 2021

Contact

Actualités Avec les jongleurs des feux rouges

[En immersion] Avec les jongleurs des feux rouges

À Toulouse, on les voit souvent jongler près de la Médiathèque ou de Balma aux feux rouges des carrefours. Le Journal Toulousain est allé à leur rencontre pour savoir s’ils parvenaient à vivre de leur art.

©Kevin Figuier

Par Enri Ramousset

Aux carrefours des boulevards Pierre Semard et Marengo, le feu passe au rouge.

Les voitures qui dévalent la pente de Jolimont s’arrêtent en rang, par deux. Face à elles, un piéton pas comme les autres s’immobilise au milieu du passage clouté. Chapeau rond noir, tricot de peau à motifs, collier africain, Ernesto Suarez lève sa main gauche, jette quelques œillades et siffle un long coup pour attirer l’attention. D’un geste rapide du poignet, il fait tourner un vieux ballon de foot sur son doigt avant de le placer délicatement en équilibre sur sa tête. Une, deux, trois. Les massues qu’il avait calées entre ses genoux sautent d’un coup dans les airs en une ronde endiablée. Au premier rang, un automobiliste applaudit dans son habitacle. Quarante secondes sont passées. Le jongleur propulse une massue plus haut que les autres, la rattrape avec habileté et se penche en avant pour saluer son public. Il passe ensuite rapidement entre les voitures pour collecter les quelques pièces gagnées à la sueur de son numéro. Il se dépêche car déjà le feu vient de verdir. Une odeur de moteur envahit la route. Le public embraye, accélère et s’évanouit dans la ville. Pour Ernesto, le répit est de courte durée : juste à côté, un autre feu vient de passer au rouge.

Né au Venezuela, Ernesto Leonardo Suarez a appris la jongle à Cuba. Après avoir vadrouillé en Amérique latine, il a atterri en Guyane et de là, gagné la métropole. Attiré il y a 4 ans par la réputation de Toulouse en matière de cirque, il y vit de son art au sein de la compagnie X Circus. Comme ce samedi midi, il vient régulièrement au feu rouge pour arrondir ses fins de mois. Après avoir répété sa routine de 40 secondes des dizaines de fois pendant deux heures, Ernesto Suarez a gagné un peu plus de 15 euros. «C’est mieux que le Smic (sans compter l’assurance chômage, ndlr) mais les gens donnent moins qu’avant», soupire-t-il. Au même carrefour, Ferdinand Coq estime gagner 25 euros par heure en moyenne. Le jongleur toulousain de 21 ans a travaillé la première fois à un feu rouge à l’âge de 16 ans. « Ce n’est pas un plaisir d’être au milieu des pots d’échappement, mais c’est un des métiers les mieux payés que je connaisse », reconnaît-il. Acrobate, Juliette Frenillot peut quant à elle réunir 35 euros par heure avec un partenaire ou 50 euros, quand elle est seule.

La première fois, il faut vraiment être dans la merde pour venir. Mais après on y trouve son compte.

L’an dernier, avant qu’elle ne réussisse le concours de l’école de cirque du Lido, le feu rouge était même devenu son revenu principal. «Je venais trois fois par semaine et une fois le week-end et je n’ai vécu que de ça », raconte la Bourguignonne de 20 ans. « La première fois, il faut vraiment être dans la merde pour venir, mais après on y trouve son compte. Cela permet de s’entraîner, de gagner de l’argent et de faire sourire les gens. » Les réactions positives des spectateurs, une vraie récompense pour ces jeunes artistes. « C’est une richesse que l’on reçoit. Cela me fait très plaisir quand quelqu’un ouvre sa fenêtre juste pour remercier », apprécie Ferdinand Coq, qui espère entrer au Lido l’an prochain.

Qu’il pleuve ou qu’il vente, les trois circassiens vivent régulièrement de leur art aux carrefours. Seul le soleil estival les force à s’arrêterquand il éblouit les jongleurs et épuise les acrobates. Jamais dérangés par des policiers indifférents, Ernesto, Juliette et Ferdinand n’ont qu’un problème en réalité : la cohabitation avec les personnes qui font la manche. « Ils sont agressifs et nous empêchent de travailler », peste Ernesto Suarez. Même constat désabusé de Juliette qui n’arrive pas à leur en vouloir. « Parfois, ils passent entre les voitures à notre place. C’est compliqué de leur en vouloir car ils sont pauvres, mais on pourrait s’arranger. » Pragmatique, Ferdinand a tout simplement décidé de « louer le feu. Je leur donne cinq euros quand j’arrive. Je gagne plus en deux heures de jongle qu’eux en une journée.» Sous le regard d’une femme avec qui la cohabitation s’est pour le coup bien passée ce samedi midi, Ernesto réfléchit à la solution. «Pourquoi leur donner de l’argent ? Je propose un spectacle aux automobilistes, moi », tranche-t-il, pas convaincu, avant de rejouer sa routine une dernière fois face à la médiathèque et récolter quelques pièces et des sourires.

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.

Articles en rapport

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Gers : liste des 16 centres de vaccination Covid-19

16 lieux de vaccination contre la Covid-19 sont actuellement ouverts dans le département du Gers. Centre de vaccination - Salle polyvalente du Mouzon Rue du Général...

Guide pratique : comment réduire ses factures… et son impact environnemental

Tout grand changement débute par des petits gestes, non ? À vous qui souhaitez réduire votre impact environnemental sans, pour autant, bouleverser vos habitudes...

Covid-19 : dans le Gers, 1 adulte sur 5 a reçu au moins une dose de vaccin

Plus de 50 000 injections ont été réalisées au total dans le département du Gers, suivant une accélération de la politique de vaccination. En date...

Tous les mercredis, Experimentalbody « amène la danse et le mouvement dans la rue »

L'association Experimentalbody propose, chaque mercredi, un labo de danse d'impro dans les rues de Toulouse. Imaginez un lieu d'expériences où la danse permettrait de se...

Personnes vulnérables : toutes les dates et lieux de passage du “Vaccibus” en Haute-Garonne

COVID-19 - Le service départemental d’incendie et de secours 31 (SDIS 31) a mis en place un dispositif de vaccination mobile intitulé "Vaccibus" pour...

Covid-19 : De retour d’un déplacement à Toulouse, Jean-Michel Blanquer est cas contact

COVID-19 - Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer est cas contact. Il annonce sur Twitter qu’il devra s’isoler durant les prochains jours puisque...

En Ariège, le pic de contaminations à la Covid-19 est en baisse

SANTÉ - En date du 8 avril 2021, le nombre de cas positifs à la Covid-19 en Ariège ont diminué par rapport à la...

Tarn : la liste des 11 centres de vaccination Covid-19

Le département du Tarn compte 11 centres de vaccination tous public contre la covid-19. Toutes les injections de vaccins se font sur rendez-vous. Albi...

Laurence Arribagé réélue présidente des Républicains 31

Le 12 avril 2021, Laurence Arribagé a été réélue présidente de la fédération des Républicains (LR) de Haute-Garonne. C'est avec 79,6 % des suffrages que...

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

Les plus lus

Au CHU de Toulouse, des essais prometteurs pour les victimes d’infarctus

Reconfinement : la colère des personnels hospitaliers du CHU de Toulouse

Pour le syndicat CGT représentant les personnels hospitaliers du CHU de Toulouse, le reconfinement n'est qu'une mesure restrictive de plus destinée à pallier les...
Economie Occitanie

Airbus et l’aéronautique en danger : scénario catastrophe pour Toulouse ?

Toulouse pourrait-elle connaître dans les années à venir le même sort que la ville de Detroit aux États-Unis, dévastée par l'effondrement de l'industrie automobile ?...
Bourg d'Oueil

Sorties en Haute-Garonne [1/6] : villages tranquilles et vallées secrètes

A l'heure où le déconfinement s'opère jour après jour en France, le département de la Haute-Garonne a une belle carte à jouer pour relancer...
station ski Superbagnères

Deux jours de ski gratuit dans les stations du Mourtis et de Luchon-Superbagnères !

Une semaine avant leur ouverture officielle, les stations de Luchon-Superbagnères et Le Mourtis offrent deux journées d’accès gratuit à leur domaine skiable, les vendredis 13...

Le plus bel arbre de France est à Sorèze, à 60 kilomètres de Toulouse

Ce mercredi 19 août, le hêtre de Saint-Jammes, à Sorèze, recevra le prix de l’arbre remarquable de l’année 2019, qui récompense le plus beau...

Urbex : 4 lieux improbables à l’abandon à Toulouse

Hôtel, maison de retraite, châteaux, restaurant universitaire, ces bâtiments se sont retrouvés abandonnés du jour au lendemain. Des lieux d'urbex figés dans le temps,...

Covid-19. Le variant breton fatal aux frelons asiatiques

Des chercheurs du Centre de recherche et d'analyses sur la cognition et la réflexologie animale de Toulouse ont observé des effondrements d’essaims de frelons...
Château_de_Montségur

4 idées d’escapades en Ariège pour ce week-end

Il y a tout ce qu'il faut dans la région pour voyager, ne serait-ce qu'une journée. Pour ce week-end du 20 et 21 juin,...