jeudi 21 janvier 2021
Actualités Trajets domicile-travail : 129 000 actifs travaillent dans l’agglo toulousaine sans y...

Trajets domicile-travail : 129 000 actifs travaillent dans l’agglo toulousaine sans y habiter

Selon une étude de l’Insee sur les déplacements domicile-travail en Occitanie, le nombre de travailleurs se rendant chaque matin dans une des quatre grandes agglomérations de la région sans y résider a doublé en 15 ans.

129 000 actifs travaillent dans l’agglomération toulousaine sans y habiter. Tiré d’une récente publication de l’Insee sur les schémas de déplacements domicile-travail en Occitanie, ce chiffre est le plus élevé parmi les quatre grandes villes étudiées (Toulouse, Montpellier, Nîmes et Perpignan). Sur l’ensemble de la région, le nombre de « navetteurs » a doublé entre 1990 et 2016. Une évolution qui reflète un réel déséquilibre, ces territoires concentrant davantage l’emploi que la population.

Toulouse-Blagnac, le trajet numéro un dans l’agglo

Le cas toulousain se distingue également par la présence de pôles d’emplois majeurs en banlieue, contrairement à Nîmes et Montpellier où les déplacements se dirigent en grande partie vers la ville-centre. Parmi les travailleurs provenant de l’extérieur, seuls 56 % rejoignent la Ville rose (contre 71 % en 1990).

De fait, dans l’agglomération toulousaine, les principaux flux sont relativement équilibrés. Celui des Toulousains se rendant chaque matin à Blagnac est même le plus important.

9,6 % de trajets en transports en commun

Autre constat de l’Insee, la voiture est encore largement privilégiée pour ces trajets. Seuls 9,6 % d’entre eux sont réalisés en transports en commun. Un chiffre toutefois en augmentation et qui dépend de l’évolution de l’offre.

Entre Blagnac et Toulouse, le nombre de déplacements en transports commun a par exemple doublé en dix ans, grâce à la mise en service du tramway.

Nicolas Mathé
Pigiste, il a observé l’actualité pour différents titres de la presse écrite locale et nationale pendant presque 10 ans, avant d’intégrer la rédaction du journal en février 2018 pour se consacrer exclusivement à la quête des solutions de demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport