samedi 23 janvier 2021
Politique Nathalie Mader : Après les cours, la « jeune militante »

[Portrait] Nathalie Mader : Après les cours, la « jeune militante »

Pédagogue. Nathalie Mader, enseignante-chercheuse et maître de conférences à UT1-Capitole, a franchi le pas de la politique en 2014 en étant colistière du candidat Pierre Cohen. Bis repetita placent, elle est investie en cinquième position sur la liste de Carole Delga pour les élections régionales en décembre prochain.

Par Kevin Figuier 

 

Il a suffi d’échanger quelques SMS pour convenir d’un créneau pour l’interview. Le rendez-vous est fixé à l’intérieur du restaurant La Compagnie française, le même lieu où l’ancien maire (PS) de Toulouse, Pierre Cohen, a officialisé sa candidature pour les municipales de 2014.

« Je suis issue d’un milieu simple, mes parents étaient artisans et commerçants. Nous vivions à Léguevin », raconte Nathalie Mader. Avant de se lancer en politique, elle a emprunté « l’ascenseur social » en réalisant des études de droit. Aujourd’hui enseignante-chercheuse et maître de conférences en droit public, spécialisée dans le droit des collectivités territoriales, « cela fait 20 ans qu[‘elle] enseigne. C’est [son] engagement dans le service public », insiste-t-elle.

A la tête du Master 2 de collectivités territoriales à UT1-Capitole, l’enseignante-chercheuse forme des « jeunes et moins jeunes ainsi que des élus locaux » qui sont disséminés « dans des services juridiques ou financiers au sein de collectivités territoriales ou de ses satellites ». De fil en aiguille, Nathalie Mader a su créer un réseaux et partage son « goût pour la chose locale ».

Se positionnant comme « toujours été sympathisante de gauche », le socialiste Pierre Cohen lui met le pied à l’étrier en lui proposant d’être sa colistière sous l’étiquette « société civile » pour les élections municipales de 2014. C’est « la preuve », selon elle, qu’il y a eu « une volonté de renouvellement » dans les candidatures. Après « le choc de la défaite » électorale de Pierre Cohen, elle s’encarte au Parti socialiste pour devenir « une jeune militante » et s’inscrit dans le courant majoritaire du parti.

 

« La division de la gauche c’est un peu le gasoil dans la machine à perdre »

 

Nathalie Mader a « adoré faire campagne et l’esprit de camaraderie ». A la faveur d’une rencontre avec Carole Delga, elle rejoint la liste en cinquième position pour les prochaines élections régionales. En tapant du poing sur la table, la jeune militante explique adhérer « au projet de Carole Delga qui, en plus d’avoir une vision optimiste, a de vraies valeurs de gauche. Une candidate qui est dans la proximité et non dans la posture, ni encore dans la rhétorique. S’interdisant de publier des phrases assassines sur Twitter ». En paraphrasant le philosophe Alain qui précise que « le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté », Nathalie Mader tacle Dominique Reynié, la tête de liste de droite et du centre. « Je trouve terrible les personnes qui surfent sur la peur de l’autre, sur ce sentiment d’abandon et d’exclusion. Quand je vois que le premier axe politique de Dominique Reynié sur la sécurité, c’est de l’escroquerie intellectuelle. On ne peut pas laisser croire que le président du Conseil régional a un pouvoir de police », conclut-elle.

Pour caractériser la future grande région, elle évoque « le pont du Gard qui prend racine dans l’histoire du territoire et le viaduc de Millau qui s’oriente vers une ouverture sur le monde ». Si demain Nathalie Mader devient une élue locale, elle ne souhaite pas dire quel « portefeuille » lui serait confié et rappelle « le contexte ». « La gauche est morcelée et la division de la gauche c’est un peu le gasoil dans la machine à perdre », explique la colistière, qui souhaite « marcher avec les partenaires pour conserver la majorité ». Pour la militante socialiste, l’autre objectif est « de convaincre les abstentionnistes », faire campagne sur le terrain « c’est pouvoir argumenter en face à face ». L’exercice se trouve être aussi une forme de « pédagogie militante ».

 

Dates clés :

–          2009 : Création du Master 2 de collectivités territoriales à UT1-Capitole

–          2014 : Colistière issue de la « société civile » de Pierre Cohen

–          2015 : Colistière en cinquième position pour les élections régionales avec Carole Delga

 

 

 

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport