lundi 25 octobre 2021

Contact

OccitanieGardGard : les règles à respecter pour l’organisation de l'Aïd-el-Kébir

Gard : les règles à respecter pour l’organisation de l’Aïd-el-Kébir

Célébrée par les musulmans du 20 au 23 juillet, la fête de l’Aïd-el-Kébir donne lieu à l’abattage rituel d’animaux, qui est soumis à des règles sanitaires strictes. Voici les établissements autorisés dans le Gard.

Les établissements autorisés à procéder à l'abattage rituel d'animaux dans le Gard, à l'occasion de la fête musulmane de l'Aïd-el-Kébir @CC0 Domaine Public Pxhere
Les établissements autorisés à procéder à l’abattage rituel d’animaux dans le Gard, à l’occasion de la fête musulmane de l’Aïd-el-Kébir @CC0 Domaine Public Pxhere

La fête musulmane de l’Aïd-el-Kébir, ou de l’Aïd-el-Adha, débutera ce mardi 20 juillet, pour s’achever ce vendredi 23 juillet. Elle commémore le sacrifice d’Abraham pour éprouver sa foi. « C’est un moment important de partage et de convivialité, qui s’accorde avec la liberté de culte assurée par la Constitution française », rappellent les services de la préfecture du Gard. Une célébration qui donne lieu à l’abattage rituel d’animaux. Pour le département du Gard, seuls deux établissements seront autorisés à y procéder : l’abattoir régional d’Alès et un abattoir ayant obtenu un agrément temporaire, situé à Vestric-et-Candiac.

La préfecture du Gard rappelle les risques encourus à l’occasion de l’Aïd-el-Kébir

« Ces abattoirs fonctionnent sous le contrôle des agents de la direction départementale de la protection des populations qui assurent l’inspection sanitaire de chaque animal », indique la préfecture du Gard. Par ailleurs, des sacrificateurs habilités par les organismes religieux seront présents dans ces abattoirs. Les personnes souhaitant faire abattre un animal devront le réserver auprès d’un éleveur ou d’un négociant, puis l’acheminer jusqu’à l’abattoir, par un moyen de transport approprié. « Les pouvoirs publics insistent sur les risques sanitaires liés à la consommation de viandes issues de carcasses non inspectées par les services vétérinaires », rappellent la préfecture. L’abattage hors abattoir, dans des conditions illicites, est un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.

Source : communiqué de presse

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.
 

spot_img

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img