jeudi 27 janvier 2022

Contact

spot_img
EconomieCréations d'entreprises en Occitanie : entre dynamisme et précarité

Créations d’entreprises en Occitanie : entre dynamisme et précarité

Dans un contexte de crise sanitaire, les créations d’entreprises ont continué de progresser en Occitanie pendant l’année 2020. Une hausse soutenue par la création de micro-entreprises, notamment dans le secteur de la livraison à domicile et de la vente en ligne.

L'association 60 000 rebonds aide les entrepreneurs qui ont fait faillite à se reconstruire ©Unsplash
Selon l’Insee Occitanie, 2/3 des entreprises crées dans la région en 2020 l’ont été sous le régime de la micro-entreprise ©Unsplash

78 000 nouvelles entreprises ont été crées en Occitanie en 2020. Ce qui représente une hausse de 3,3 % par rapport à l’année 2019. Si le volume d’immatriculations d’entreprises augmente dans la région, la progression est néanmoins plus faible que les années précédentes (+20 % en 2019) et essentiellement portée par le régime des micro entreprises, dans des secteurs tels que la livraison à domicile et la vente en ligne.

Selon les chiffres de l’Insee Occitanie, rendus publics le mardi 14 décembre, ce ralentissement de la dynamique entrepreneuriale se constate également à l’échelle nationale où la forte hausse de 18 % relevée en 2019 a fondue pour se stabiliser à 4 % en 2020.

Une dynamique entrepreneuriale synonyme de précarité

Malgré une dynamique globale positive, le niveau de créations d’entreprises reflète tout de même des difficultés liées aux crises économique et sanitaire ainsi qu’au spectre du chômage. En effet, « la hausse des créations d’entreprises dans la région résulte uniquement des micro-entrepreneurs (+ 10,5 % en 2020) », précise l’Insee Occitanie.

Avec 52 000 micro-entrepreneurs immatriculés en 2020, ceux-ci représentent deux tiers des inscriptions contre 22 % pour les sociétés et seulement 10 % pour les entreprises individuelles classiques. Ces dernières marquent d’ailleurs un fort recul (- 22,5 %) par rapport à l’année précédente.

« L’intensification du recours à ces travailleurs indépendants peut aussi être synonyme de précarité accrue. La dégradation du marché du travail en 2020, qui incite des actifs à créer leur propre emploi, est aussi un facteur pouvant expliquer l’essor de ces activités », souligne l’Insee Occitanie dans son rapport.

Moins de trente ans : des entrepreneurs ubérisés

Une tension du marché de l’emploi qui touche plus fortement les jeunes. En 2020, 36 % des entreprises individuelles ont été crées par des moins de 30 ans alors qu’ils n’étaient que 28 % à se lancer dans cette aventure en 2016. Entre 2019 et 2020 cette augmentation a même atteint 13 %.

Néanmoins, cette tendance reflète surtout une ubérisation de l’emploi chez cette population entrant sur le marché du travail. En effet, 89 % des entreprises immatriculées par les moins de 30 ans l’on été sous le régime de la micro-entreprise et ces derniers sont à l’origine de 70 % des créations d’entreprises liées à la livraison à domicile (transport et entreposage).

Des créations contraintes par la Covid et la mutation de l’activité des commerces

De manière plus générale, l’Insee note une progression très marquée des créations d’entreprises au sein des secteurs de la vente en ligne (3000 créations en 2020) et de la livraison à domicile (5600 immatriculations). Des activités encouragées par les mesures sanitaires et la fermeture provisoire de nombreux points de vente lors des confinements.

Autant de contraintes qui ont poussé de nombreux commerçants à se tourner vers la vente à distance et fait de cette mutation forcée de leur activité l’un des leviers essentiels de la dynamique entrepreneuriale locale. Ainsi, l’organisme de statistique considère que la croissance du commerce en ligne représente un tiers de la hausse globale des créations d’entreprises en Occitanie.

Nicolas Belaubre
Nicolas Belaubre a fait ses premiers pas de journaliste comme critique de spectacle vivant avant d’écrire, pendant huit ans, dans la rubrique culture du magazine institutionnel ‘’à Toulouse’’. En 2016, il fait le choix de quitter la communication pour se tourner vers la presse. Après avoir été pigiste pour divers titres, il intègre l’équipe du Journal Toulousain, alors hebdomadaire de solution.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img