Midi-Pyrénées, second « parc vert » français

RTE MagEnergie. Le réseau de l’intelligence électrique (RTE),  filiale à 100% d’EDF, présentait ce matin le bilan électrique 2014 de la région Midi-Pyrénées ainsi que les perspectives pour l’année 2015 par la voix de Jean Claude Reitan, délégué RTE Sud-Ouest. Ce bilan est un « outil de transparence accessible à tous […]  qui éclaire les évolutions du paysage électrique à l’heure de la transition énergétique ».

Deux données importantes donnent la dynamique en matière de production et de consommation en énergies renouvelables. Près de la moitié (44%) de la production énergétique en Midi-Pyrénées est aujourd’hui issue de ces énergies propres c’est-à-dire du parc éolien, photovoltaïque, thermique renouvelable et hydraulique (qui reste le plus gros pourvoyeur d’énergie avec 38% de la production globale). Ce « parc vert » est le deuxième en France après la région Rhône Alpes. La structure de la consommation est elle aussi encourageante puisque la filière renouvelable couvre aujourd’hui 56% de la consommation en Midi-Pyrénées.

Vers l’indépendance énergétique verte?

Jean Claude Reitan souligne « une bonne santé de la production électrique générale puisqu’elle couvre en production 1,5 fois les besoins en consommation de la région » pourtant en augmentation de 7,1% entre 2006 et 2014. Les énergies thermiques fossiles, condamnées à disparaitre à cause de leur impact environnemental et sanitaire, représentent quant à elle une infime part de la production, 1% seulement dans la région contre 5% au plan national. Faut-il en déduire que la région pourrait à terme être en situation d’indépendance énergétique verte ? « C’est une faille du raisonnement » corrige Jean Claude Reitan, « les territoires français sont solidaires et échangent l’énergie produite car certains sont en surplus de production quand d’autres sont en manque de production. ». Les investissements de RTE en Midi Pyrénées pour les années 2015 et 2016 s’élèveront à 1,4 milliards d’euros et poursuivront l’objectif de garantir la stabilité du réseau mais aussi son adaptation aux énergies renouvelables.

Lucas Médiavilla



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.