Lettre ouverte à la présidente de la Ligue de l’enseignement 31

Lettre àDe la part de : Véronique Delon-­Audouit

Véronique Delon­-Audouit est salariée de la Ligue de l’enseignement 31 et Déléguée Syndical SUD. L’association qui gère les centres et accueils de loisirs toulousains est en redressement judiciaire depuis l’été dernier. Douze CLAE et treize accueils de loisir ont été transférés aux associations Léo Lagrange et Loisirs Education et Citoyenneté (LEC). Par ailleurs, 29 licenciements ont été effectués. Aujourd’hui, Véronique Delon­-Audouit écrit à la présidente du Conseil d’administration de la Ligue de l’enseignement 31, Nicole Patin­-Raybaud.

Madame la Présidente du Conseil d’administration de la Ligue 31,

La Ligue 31 crève. Les membres du Conseil d’Administration et les dirigeants sont coupables de ce fiasco financier et social.

L’association traverse une crise depuis plusieurs années. L’absence d’anticipation et de gestion de la structure a conduit la Ligue dans l’impasse : management produisant des divisions entre les salarié­e­s, mauvaise gestion, erreurs stratégiques et d’investissements financiers. Bref une structure laissée volontairement à l’abandon.

Aujourd’hui, cette Fédération d’éducation populaire se trouve en procédure de redressement judiciaire au Tribunal de Grande Instance. Le poids de la dette est lourd à supporter : plus de 8 000 000 €. Une fois de plus, les salariés payent l’incompétence des dirigeants : licenciements et transferts massifs dans des conditions inhumaines. Les petits sont écrasés et licenciés, les puissants remerciés en toute impunité. Madame la Présidente, vous avez accordé à Monsieur Rivat (ancien Secrétaire général) un chèque indécent en guise de reconnaissance de son travail de démolition.

L’histoire vous la connaissez, contrairement à ce que vous avez toujours voulu laisser croire aux salariés et même au juge du Tribunal de Grande Instance. Pourtant, malgré votre volonté d’étouffer la démocratie au travail, les membres du Comité d’Entreprise avaient communiqué à l’ensemble du Conseil d’Administration un rapport social et financier en 2012 qui décrivait déjà la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Vous avez refusé à l’époque d’agir en tenant compte de la réalité.

« Il faut surtout faire vivre les principes fondateurs de la Ligue »

Ma colère, mon indignation, Madame sont provoquées par votre stratagème destructeur qui conduit cette fédération d’éducation populaire sur la paille. Une réelle divergence demeure entre votre vision et la mienne. Vous aurez persisté jusqu’au bout dans cette stratégie de démantèlement de l’activité des marchés publics enfance jeunesse. Pourtant il s’agissait d’un des seuls secteurs en mesure de développer de l’excédent pour garantir le redressement. Il ne s’agit pas seulement d’une divergence d’analyse politique sur la question des marchés. Notre expert « SYNDEX » a confirmé cette analyse. Pourquoi d’autres mouvements d’éducation populaire parviennent-­ils à gérer correctement les marchés publics enfance­jeunesse ?

Madame la Présidente, quelle est votre stratégie au regard de vos choix ? Il semblerait que vous cherchez à liquider l’association pour ne pas avoir à assumer vos responsabilités et vous débarrasser de la dette ? Je me pose la question du devenir de la Ligue 31 à court terme, car il n’y a pas de plan d’apurement du passif à ce jour. Selon notre expert, le modèle économique qu’envisagent les dirigeants ne serait pas viable. Quel gâchis de se priver volontairement d’une ressource qui peut être en mesure de pérenniser la Ligue et de garantir une bonne utilisation de l’argent public. Au même moment la fédération nationale se félicite pour l’implication du mouvement Ligue dans les écoles. Je condamne fermement depuis longtemps, votre entêtement qui entraine un massacre salarial.

Madame la Présidente, l’histoire de la Ligue et de l’éducation populaire ce n’est pas simplement du discours. Ce qui compte ce n’est pas que la représentation politique, il faut surtout faire vivre les principes fondateurs de la Ligue.

Moi « je suis une femme libre qui s’engage dans l’action pour faire grandir l’idée d’un monde plus juste et plus solidaire ». Et vous ? Assumez pour une fois vos responsabilités et démissionnez !

Véronique Delon­-Audouit



UN COMMENTAIRE SUR Lettre ouverte à la présidente de la Ligue de l’enseignement 31

  1. darkwinnie dit :

    Très belle lettre réponse fortement souhaité !
    On lache rien !!!
    solidairement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.