Le rédac chef de la semaine est Loïc Raynal

Loic Raynal (20-04-2016)┬®franckalix-4

 

 

Début 2015, cet ancien cadre ERDF a lancé son site internet Hospitalidée. Sur le modèle de Tripadvisor ou Yelp, mais cette fois dans le secteur sanitaire, Loïc Raynal propose aux patients de donner leurs avis sur les établissements hospitaliers. Désormais, et ce depuis le début du mois, les “consommateurs” peuvent également laisser des commentaires concernant les médecins spécialistes. L’objectif ? Faire bouger les lignes du monde de la santé et permettre aux structures d’améliorer leurs prestations.

 

La logistique de la fusion de la région

Entendre l’annonce de cette fusion m’a bluffé, je me suis dit « enfin, nous allons oser supprimer les étages du millefeuille administratif ! » J’étais clairement emballé par cette idée car c’était la preuve que l’on peut être performant sans être nombreux, sans démarche complexe, et en restant fidèle à des valeurs sociales puisqu’il n’était pas question de suppression de postes. Cette fusion permettait à l’État de mieux écouter ses territoires. Mais j’ai vite déchanté ! Les enjeux politiques l’ont emporté sur la performance économique. Finalement, on a préféré se rassurer dans un monde statique et les changements n’ont pas eu lieu. Et ce n’est pas tant une question d’organisation que de philosophie : si l’on passe à un regard privilégiant le service aux citoyens, l’organisation le reflètera sans nul doute. Ici, le seul but était de ne pas créer de vagues, d’arriver au statu quo. Au final, rien n’a changé : le millefeuille est toujours là et ne sert qu’à lui-même.

 

La pénalisation des clients de prostituées

Vouloir légiférer démontre la faiblesse de l’Etat qui, à défaut de pouvoir fédérer autour de valeurs, impose des lois. Si l’objectif est de lutter contre les réseaux proxénètes, la pénalisation des clients ne sert strictement à rien ! En revanche, je pense que l’ouverture de maisons closes règlerait de nombreux problèmes. D’abord, cela permettrait aux prostituées de travailler en sécurité et dans de meilleures conditions d’hygiène. Ensuite, parce que n’étant plus dans les rues, les riverains qui dénoncent la recrudescence des filles dans leur quartier seraient rassurés. Réfléchissons aux façons d’améliorer les choses plutôt que de les interdire, cela ne résout rien. Au contraire, cela produit un effet pervers qui isole les plus fragiles. À mon avis, il conviendrait d’être capable de donner de bonnes conditions aux travailleurs et travailleuses du sexe plus que de les sanctionner, eux et leurs clients.

 

La “Primaire des Français”

Cette initiative est révélatrice d’un peuple qui a envie et besoin de s’exprimer. Malheureusement, le seul vote ne suffit plus comme le démontre les taux d’abstention et le peu de votes d’adhésion. Nous manquons d’idéal, tout est aseptisé et le regard des politiques reste trop cadré. À droite comme à gauche, ils ont tous les mêmes codes. Alors, il est logique que ceux qui proposent une alternative s’emparent des outils en vigueur, c’est-à-dire des primaires. J’invite les candidats à cette “primaire des Français” à aller en région, pendant six mois, pour écouter les chefs d’entreprise, les salariés, les chômeurs, les jeunes, les fonctionnaires, les agriculteurs, les seniors… bref, tous les citoyens, identifier leurs besoins, et ensuite élaborer un programme. Ainsi, ce candidat serait le reflet des attentes des Français et ne prétendrait pas avoir la solution à tous les maux comme le font les politiques. Laissons de côté les prétendants qui savent tout et osons voter pour un candidat centré sur l’homme, qui mettra le système à disposition des Français et non l’inverse.

 

Le Medef 31 dénonce le détricotage de la loi travail

Cela montre en effet que l’écoute s’efface devant les petites négociations politiques. Les dialogues sociaux sont instables, tels des sables mouvants, car ce qui est promis aux uns est retiré aux autres. Mais pourquoi considérer que les salariés et les patrons sont forcément ennemis ? Pourquoi n’y aurait-il qu’une seule vérité ? Pourquoi n’entrevoir qu’un système binaire de pensée ? Si au lieu d’employer “ou”, nous utilisions “et”, je pense qu’une avancée serait possible car chacun pourrait trouver son compte. N’ayons pas peur de découvrir ce que cela pourrait générer ! Pour cela, il est indispensable de revoir le Code du travail pour optimiser la performance des entreprises “et” maintenir la sécurité des salariés. Une plus grande marge de manœuvre sur les territoires, par une régulation sur le terrain, serait également probante, je pense. Il faut forcer le système à changer, à penser autrement, à envisager un autre chemin…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.