Annie Beck, sauvée de la déportation

annie beck

À 93 ans, Annie Beck témoigne pour dire l’indicible et dénoncer « l’indifférence passive », qui a permis les atrocités de la Deuxième Guerre mondiale. L’exposition “Gamins d’hier, ados d’aujourd’hui”, organisée au Musée de la résistance et de la déportation jusqu’à fin septembre, raconte notamment son histoire. – Monique Castro Menace Née en 1925 à Varsovie, Annie Beck, qui s’appelait Anna Bach, grandit à Nancy où elle passe « une enfance heureuse ». En 1940, fuyant l’avancée des nazis, la famille part à Bordeaux. […]

Article premium

Ceci est un contenu premium.
Veuillez vous connecter ou vous abonner pour découvrir l'info toulousaine autrement… en papier ou en numérique, à vous de choisir.
S'abonner
à partir de 1€ la semaine
Ce contenu est disponible à l'achat. S'il vous plaît utilisez le bouton "Buy Now" ci-dessous pour acheter le contenu.
cet article pour 0.29€
déjà abonné?
Se connecter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.