[Politique] Victor Denouvion, l’incarnation du renouveau socialiste

Victor Denouvion(08-12-2014)┬®franckalix-5Novice. En lice pour les prochaines élections départementales sur le nouveau canton de Castelginest, sous l’étiquette PS, Victor Denouvion, 23 ans, est le plus jeune candidat de Haute-Garonne investi par le Parti socialiste. Sa jeunesse, il en fait un atout et compte bien s’imposer dans le paysage politique local.

 

 

Sa vie politique à peine commencée que déjà, Victor Denouvion s’illustre en devenant le plus jeune conseiller municipal de Haute-Garonne à 21 ans. C’était en 2013, lors des élections anticipées de Saint Jory où Victor était engagé sur la liste socialiste « Ensemble continuons », menée par Henri Miguel. Depuis, les victoires, les joies mais aussi les défaites et les remises en question se sont succédées. Mais loin de faire fléchir Victor, ces hauts et bas forgent son expérience. Son engagement politique a même modifié son orientation professionnelle. « J’étais en troisième année de droit classique quand j’ai été élu conseiller municipal. J’ai alors découvert l’univers des collectivités locales qui m’a passionné », confie-t-il. Tellement passionné qu’il décide d’en faire son futur métier. Ni une, ni deux, il débute un Master en droit des collectivités territoriales. Si tout va bien, il en sera diplômé à la fin de cette année et pourra tenter les concours d’attachés. Pourtant encarté au PS depuis 2008, ses premiers pas en politique se sont joués sur un mail en 2013 comme il l’explique, lui-même perplexe : « Je voulais m’investir dans la vie de ma cité et j’ai simplement envoyé un message à Henri Miguel, le maire sortant de Saint Jory, pour le lui signifier. Il m’a invité à une réunion de campagne à laquelle je me suis rendu. » Emballé, et cela se ressent encore dans ses propos, il franchit le pas et demande à prendre en charge la communication de campagne. La liste d’Henri Miguel remporte les élections avec 21.98% des voix, et l’aventure commence ; Victor prend en charge les nouvelles technologies et le Conseil des jeunes. « Au jour le jour, je découvrais le monde particulier d’une campagne politique où le contact humain et la proximité sont légion. C’était passionnant ! » se rappelle-t-il. Son travail de terrain le porte vers de nouveaux challenges, des rencontres insoupçonnées qui, pour certaines, parviendront même à le retenir : « les Toros XIII (rugby à XIII fauteuil, ndlr) cherchaient un responsable de communication, et j’ai proposé de les aider. Je fais désormais partie du bureau ! »

 

” mon âge ne m’a jamais été reproché “

Le jeune Victor prend ses marques dans l’équipe municipale et fait ses preuves : « mon âge ne m’a jamais été reproché, au contraire, tout le monde m’a fait confiance ! » précise-t-il, heureux de constater que le Front National n’est plus le seul parti à faire la part belle aux jeunes, cherchant une explication à ce phénomène : « Peut-être est-ce parce qu’on leur fait plus de place, ou que les jeunes du FN ont plus tendance à se mobiliser, mais surtout, c’est parce qu’il y a moins de monde ! » En 2014, soit un an après son élection, l’équipe de Victor Denouvion, menée cette fois par Richard Donadieu, n’est pas reconduite à la mairie de Saint Jory. Les pieds sur terre, ayant déjà pris du recul, il trouve immédiatement une raison évidente : « l’union de la droite a eu raison de nous ! » Tout s’arrête soudain et l’euphorie se dissout, « c’est vraiment bizarre comme sensation ! J’étais habitué à passer à la mairie pour aller chercher mon courrier et ces moments-là se sont révélés creux par la suite ! » Mais il se relève rapidement car « j’apprends de mes défaites. C’est ma philosophie de vie ! » confirme-t-il. Cet optimiste de nature pense même que « tout le monde devrait s’essayer aux élections locales, histoire de connaître sa ville, ses concitoyens ! Même si ce n’est pas toujours évident ! » Il pense ici à sa propre expérience car, réservé et plutôt discret, il a dû faire un travail sur lui-même pour se mettre en avant ; « d’ailleurs, au lycée, je voulais être journaliste, de l’autre côté pour ainsi dire ! » À la fin de notre entretien, ayant eu des difficultés à parler de lui-même, il confie devoir encore travailler sa présentation en vue des prochaines départementales pour lesquelles il est en lice, aux côtés de Sandrine Floureusses, sur le nouveau canton de Castelginest. « J’ai encore un regard naïf et j’apprends beaucoup aux côtés de Sandrine », mais attention, Victor n’est plus un jeune sans expérience, puisqu’il a même été élu secrétaire de la section Saint Jory du Parti socialiste.

 

3 dates :

  • 21 avril 2002 : premier souvenir politique, le FN est au second tour des présidentielles
  • 24 février 2013 : premier mandat au Conseil municipal de Saint Jory
  • 3 décembre 2014 : investiture du PS pour les départementales.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.