Et maintenant ?

Après une campagne pour l’élection des députés au parlement Européen, comme toujours les analyses et les commentaires ont été développés tous azimuts. Comme toujours il y a ceux qui ont gagné et ceux qui ont perdu avec en prime la traditionnelle surprise, cette fois ci, l’éclosion des verts. Le parti le plus important, celui des abstentionnistes, ne s’est pas exprimé puisque par définition il n’existe pas et de ce fait il ne peut être représenté. Et pourtant, n’est-il pas un parti à part entière, n’est-il pas celui qui par son silence crie le plus fort, attention ? Attention à notre mode d’expression démocratique qui ne correspond plus aux sentiments profonds d’une part de plus en plus large de la population. Attention à ce désamour pour les représentants d’un peuple que l’on sollicite sans tenir réellement compte de son avis. N’y a-t-il pas dans cette abstention la revanche des “nonistes” désavoués par leur représentation nationale au congrès de Versailles ? Un peuple qui ne croit plus à ses élus peut être un peuple à la dérive, et qui sait jusqu’où cette dérive peut amener ? Un peuple c’est comme une armée de supporters autour d’un terrain de sport. Il a besoin de croire à son équipe. Si cette dernière le déçoit, il commence par la siffler, puis il déserte le stade et dans le pire des cas, il envahit le terrain. Il faut désormais tout faire pour que nos concitoyens regagnent les urnes quitte à voter blanc.
Coup de pied à l’équité

Le vote blanc que nos institutions ne prennent pas en compte parce qu’il exprime le refus du choix proposé, ce vote blanc serait peut-être ce chemin jusque-là inexploré qui redonnerait par sa reconnaissance le goùt du vote à ceux qui l’ont perdu. Voilà donc que pour cinq ans les députés européens élus vont siéger et débattre des grandes orientations d’un continent qui a tant de peine à trouver son unité. Les différences profondes des histoires et des cultures qui le composent seront autant de prétextes aux marchandages et aux compromissions de tous ordres. Dans ces conditions et comme toujours, ce seront les administratifs, les membres des commissions qui dicteront leur lois en faisant adopter leur vision des choses à des parlementaires qui auront plus le souci du virement mensuel de leur indemnité que la juste rétribution du prix du lait que chaque matin nos paysans s’échinent à produire dans le seul but d’enrichir ceux qui le leur volent. Car ceux-là n’ont pas eu le temps d’aller voter à moins qu’ils aient voté blanc comme la couleur de leur lait dont justement ils ne voient plus la couleur ! Les verts ont gagné cette élection européenne avec sans nul doute possible la complicité volontaire d’une projection bien faite pour nous rendre tous coupables d’une dérive qui n’a eu pour but que l’amélioration de la condition humaine. Tant mieux si ce coup de pied à l’équité a pu contribuer à une prise de conscience et si ceux qui en ont profité en sont dignes. En écoutant leur leader et conscient de son passé d’agité, il ne faudrait pas que tout cela ne soit qu’un nouveau prétexte à mettre le feu aux poudres ! Désormais de toute façon l’écologie fera toutes les unes, dans le cadre “bling bling” de la politique au jour le jour.

Francis Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.