dimanche 28 novembre 2021

Contact

AriègeActualités de l'AriègeIntoxication au monoxyde de carbone. Les pompiers de l’Ariège appellent à la...

Intoxication au monoxyde de carbone. Les pompiers de l’Ariège appellent à la vigilance

Le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Ariège publie une série de recommandations pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone. Un gaz invisible, inodore, mais qui peut être mortel.

monoxyde carbone

L’hiver est déjà là. Pour lutter contre le froid, nombreux sont ceux qui ont mis en route leur système de chauffage. Pour éviter toute intoxication au monoxyde de carbone, un gaz qui se forme lors d’une combustion incomplète des combustibles (bois, gaz naturel, gaz butane, gaz propane, charbon, fioul, essence, pétrole), le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Ariège publie une série de recommandations sur les réseaux sociaux.

Quels sont les risques ?

Premièrement, le SDIS rappelle que le monoxyde de carbone est invisible et inodore. Pourtant, les risques sont grands. Inhalé à forte dose, il empêche le sang de transporter de l’oxygène, provoque une asphyxie progressive et peut être mortel. Si les appareils de chauffage sont défectueux, inadaptés ou mal entretenus, des fuites peuvent apparaître.

Éviter toute intoxication au monoxyde de carbone

Pour éviter tout accident, les services de secours de l’Ariège conseillent d’aérer les habitations au moins dix minutes par jour. Il est également nécessaire de faire vérifier ou entretenir par un professionnel les chaudières et les chauffages avant chaque hiver. Enfin, les appareils de cuisson, comme les braseros, les barbecues ou les réchauds et les groupes électrogènes doivent impérativement être installés et utilisés à l’extérieur.

Que faire en cas de fuite ?

En cas d’exposition à ce gaz, il faut agir vite. Dès l’apparition de symptômes (maux de tête, fatigue, nausées, troubles visuels, vertiges), le SDIS de l’Ariège conseille d’ouvrir rapidement les fenêtres et les portes des habitations. Ensuite, il est primordial d’alerter les secours, au 15, 18 ou 112, d’arrêter l’ensemble des appareils de chauffage, puis d’évacuer immédiatement les lieux.

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img