Syriza, l’opportunité européenne

 

Le Partit occitan prend acte avec un grand intérêt de la victoire du parti Syriza aux élections législatives grecques d’hier. Cette victoire est d’abord celle d’un peuple qui a subi depuis plusieurs années une politique d’austérité conduisant à une dégradation de ses conditions de vie, sans précédent en période de paix. Par cette politique menée au nom d’une stricte discipline budgétaire conçue sur le mode « ordo-libéral » et imposée par certains Etats, il a payé pour les fautes commises par nombre de ses anciens dirigeants, responsables des dysfonctionnements de l’Etat grec, très loin jusqu’ici d’être un modèle de démocratie. Il a payé aussi pour les intérêts financiers des banques et ceux des industries européennes qui, avant la crise, ont largement profité, sans jamais l’avoir reconnu, de l’endettement grec. Il est donc légitime que les conditions du renflouement de l’économie grecque soient revisitées en tenant compte des besoins sociaux fondamentaux de la population et en s’appuyant sur la nécessaire solidarité européenne. Et ceci d’autant plus que, par leur vote, les citoyens grecs n’ont nullement exprimé un refus de l’Union européenne ni un repli sur soi mais bien une volonté de refondation des politiques européennes. Dans le même temps, les citoyens grecs auront démontré que même un petit pays, lorsqu’il exprime une volonté politique suffisamment claire et forte, peut arriver à poser à l’ensemble européen des questions que les Etats plus importants refusent d’aborder. Comme quoi, en matière européenne (comme au plan interne pour les régions), ce n’est pas la taille mais bien le courage et les moyens politiques et institutionnels qui permettent de se faire entendre : c’est en tout cas l’un des espoirs que ce vote aura fait naître et un constat qui ne doit pas manquer d’interroger bien des régions/nations d’Europe sur leur place dans l’indispensable construction politique de l’Union.

 

Le Partit Occitan participera, dans les prochaines semaines, aux côtés des forces pro-européennes, au débat qui doit désormais s’instaurer pour faire avancer ensemble et les politiques communes et la construction européenne dans la perspective de l’Europe politique des régions et des peuples solidaires.

 

 

Gustave Alirol

Secrétaire fédéral délégué aux questions européennes



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.