[Euro 2016] Sébastien Klotz : « Nous estimons l’impact économique à 66 millions d’euros »

Sébastien KlotzOpportunités. Toulouse est l’une des villes hôtes de l’Euro 2016. Le Stadium accueillera quatre matchs, dont un huitième de finale, pour le plus grand bonheur des amateurs de football, mais aussi de l’économie locale. En effet, l’événement est un levier financier pour Toulouse et ses entreprises, comme l’explique Sébastien Klotz, Responsable marketing et commercial Hospitalité de l’UEFA Euro 2016.

 

Sébastien Klotz, d’une manière générale, en quoi l’organisation de l’Euro 2016 constitue une opportunité pour Toulouse et sa région ?

Pour la première fois, la compétition regroupera 24 équipes, nations, et 51 matchs. Le nombre de rencontres aura une incidence directe sur le nombre de spectateurs qui en profiteront pour visiter les villes hôtes, dont Toulouse. Nous attendons en France 2.5 millions de spectateurs au total durant cette période dont 1.5 millions viendront de l’étranger et effectueront des achats, achèteront des nuitées, consommeront dans les restaurants. À Toulouse, l’équipe d’Espagne, celle de l’Italie, de la Russie et de la Suède attireront plusieurs centaines de milliers de personnes qui viendront découvrir cette région. Nous estimons que l’impact économique sera très important pour la ville et les commerçants, de l’ordre de 66 millions d’euros selon le CDES (Centre de droit et d’économie du sport), qu’il s’agisse de dépenses des spectateurs, mais aussi de l’organisation réalisée par l’UEFA.

 

La multiplication des villes hôtes est-elle un choix économique de la part de l’UEFA ?

Il y a toujours eu de nombreuses villes hôtes, car la concentration de 51 matchs sur un mois de compétition oblige à faire appel à plusieurs stades. Toutefois, un des objectifs est de faire profiter un maximum la population française et les différentes régions. Rien qu’à Toulouse, nous avons enregistré près de 430 000 demandes de billets depuis l’ouverture de la billetterie l’été dernier.

 

« A Toulouse, nous avons enregistré près de 430 000 demandes de billets »

 

Nous parlons-là de retombées indirectes, mais qu’en est-il des retombées directes ? Des appels d’offres ont été lancés…

Les appels d’offres sont internationaux, pourtant les entreprises françaises sont parvenues à tirer leur épingle du jeu, notamment parce que l’EURO 2016 a souhaité laisser un héritage et permettre aux entreprises de bénéficier directement de l’Euro. 80% des appels d’offres réalisés sur la plateforme de l’UEFA, sur la partie “hospitalité” (accueil, sécurité, décoration, audiovisuel, animation…), ont été remportés par des sociétés hexagonales. Cocorico ! Il reste encore quelques marchés à prendre, mais les plus gros ont déjà été attribués.

 

Les entreprises locales ont-elles bénéficié de dispositifs privilégiés pour accélérer leur business ?

Oui, c’était d’ailleurs une volonté de l’EURO 2016 qui a, pour y parvenir, mis en place un partenariat avec la CCI Midi-Pyrénées et plus généralement CCI de FRANCE. Nous avons travaillé sur la façon de mobiliser les entreprises de la région en multipliant les réunions, pour expliquer aux acteurs locaux les opportunités de business qui se présentent à eux. Le programme le plus abordable étant sans doute celui de l’hospitalité, puisque presque toutes les entreprises y ont accès, le prix d’entrée étant à 780€. Chaque entreprise, des grands groupes aux TPE, peut profiter de ce programme “hospitalité”. Il consiste en l’achat de packs (billets et prestations) pour pouvoir emmener ses meilleurs clients voir un match dans les meilleures conditions, en loge ou en salon partagé. Cette offre fonctionne bien auprès des entreprises locales. Les retombées ne sont pas quantifiables parce que l’on parle de retours sur investissements importants qui ne se concrétiseront que plus tard. Dans tous les cas, cet outil de networking est assurément un formidable levier économique.

 

Hormis l’événement sportif, l’Euro 2016, est donc un accélérateur de business ?

Tout à fait ! Il génèrera de l’argent directement et indirectement pour toute entreprise qui aura investi sur un programme “hospitalité”, sur du licencing ou du sponsoring. Ainsi, les entreprises locales pourront saisir pleinement les opportunités d’affaires liées au Championnat d’Europe et d’en optimiser ainsi les retombées économiques.

 

 

 

 

 

L’Euro 2016 à Toulouse en chiffres

-       l’impact économique de la compétition à Toulouse est évalué à 66 millions d’euros

-       52 millions d’euros dépensés par les spectateurs

-       66 000 visiteurs français se rendront à Toulouse

-       44 000 visiteurs étrangers dans la ville rose

-       353 euros de panier moyen par jour et par personne dans le stade

-       150 euros de panier moyen dans la FanZone.

 

 

Le Licencing

Le programme officiel de licence UEFA EURO 2016 représente un moyen privilégié pour les entreprises, de s’approprier l’image de l’événement et de permettre aux supporters du monde entier de tisser un lien émotionnel avec la compétition.

Selon sa taille, une entreprise peut s’associer avec l’UEFA EURO 2016 pour produire :

• Les produits de licence historiques et traditionnels comme les jeux vidéo, les autocollants à collectionner, les montres de luxe, gérés par CAA Eleven ;

• Les produits textiles, la bagagerie, les jouets, les accessoires et articles de papeterie, qui sont gérés par IMG Licencing.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.