Conseil régional ; Une gauche trop “ panier percé ” ?

Des dépenses inappropriées, un manque de transparence dans la gestion des fonds publics… Réuni en Commission Permanente au Conseil régional, le groupe d’opposition “Osons Midi-Pyrénées” pointe aujourd’hui du doigt les «dérives» liées aux dossiers des Missions Locales et de Cap’ Découverte.

 
La majorité régionale jetterait-elle l’argent par les fenêtres, alors même que le gouvernement appelle les collectivités territoriales à justement être moins dépensières en ces temps de crise ? Pour le groupe d’opposition “Osons Midi-Pyrénées”, (composé d’élus issus de l’UMP, du Parti Radical Valoisien, du Nouveau Centre, du Mouvement Pour la France, et de l’Alliance Centriste), les chiffres parlent d’eux-mêmes : «Selon le Ministère de l’Intérieur, le montant des dépenses, toutes régions confondues, se monte à douze milliards d’euros, alors que la décentralisation n’en justifie que sept. Il y a donc un différentiel de cinq milliards d’euros qui ne s’explique pas et que les régions refusent de diminuer» déplore Brigitte Barèges.
Le chef de file de la droite au Conseil régional se dit par ailleurs «effarée» par le train de vie similaire que Midi-Pyrénées poursuit elle aussi, «sans état d’âme», ajoutant : «Que l’on soit de droite ou de gauche, l’on devrait tous se sentir concernés». Thierry Deville, membre du groupe, conseiller régional, enfonce le clou : «Monsieur Malvy a raté le train de la modernité. Ce type de décisions aurait fait de lui un précurseur. Cela n’aurait été ni symbolique, ni démagogique mais tout simplement exemplaire. C’est ce dont nous avons besoin au-delà de tout clivage partisan».
Et face aux critiques justement de Martin Malvy, comme d’autres présidents de conseils régionaux, sur le «désengagement» financier de l’Etat, Brigitte Barèges répond : «C’est faux. Les dotations de l’Etat ont augmenté. Elles représentent 57 % du budget de Midi-Pyrénées. Monsieur Malvy tient un discours schizophrène : il a plaidé pour la décentralisation mais s’en plaint toujours ! (…) Les dépenses, cela se gère».Cap’ Découverte : «Ce gouffre doit s’arrêter»

Se défendant de faire un «coup politique», la droite pointe alors du doigt les «dérives» de fonctionnement dont feraient l’objet les Missions Locales de Midi-Pyrénées. Rapport de la Chambre régionale des Comptes de Midi-Pyrénées à l’appui, précédent le bilan d’activité 2009, elle regrette le manque de transparence dans la gestion de ces organismes que la région subventionne à hauteur de deux millions d’euros au titre de 2010. «Nous dénonçons le fait que des sommes aussi importantes soient attribuées sans contrôle ni surveillance. C’est très grave» résume Philippe Calleja, maire de Saverdun.
Autre levée de bouclier sur, cette fois-ci, le parc de loisirs Cap’Découverte. Là encore, «une gabegie d’argent public», pour Jacques Thoroude. L’adjoint au maire de Castres explique : «Depuis la création de Cap’ Découverte, la région a dépensé près de seize millions d’euros ; plus de dix en fonctionnement et quasiment six en investissement. Cela n’a pas la même portée budgétaire. Ce gouffre doit s’arrêter.» Philippe Calleja est plus explicite encore : «Posons-nous la question du prix de revient pour la collectivité de ce genre d’installations. Peut-être faut-il effectivement fermer ce site ?»
Au lendemain des Régionales, les nouveaux élus de l’opposition avaient promis de ne pas faire de la simple figuration au sein de l’hémicycle. Pour le coup, les électeurs, de droite en particulier, en ont bel et bien… pour leur argent.

Claire Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.