mardi 22 juin 2021

Contact

ActualitésToulouse : les forains en colère contre la suppression de la fête Saint-Michel

Toulouse : les forains en colère contre la suppression de la fête Saint-Michel

Mercredi 5 mai 2021, plus de 200 forains se sont rassemblés place du Capitole à Toulouse pour protester contre la suppression de la fête Saint-Michel, prévue en septembre 2021.

forains toulouse
Le 5 mai 2021, plus de 200 forains se sont rassemblés place du Capitole à Toulouse pour protester contre la suppression de la fête Saint-Michel. © Laëtitia Soula

L’origine de la grogne des forains ? La suppression de la traditionnelle fête foraine Saint-Michel, qui devait normalement se tenir du 17 septembre au 10 octobre prochain sur le parking du Zénith.

Cette nouvelle leur a été annoncée lors d’une réunion avec Cécile Dufraisse, adjointe au maire chargée de l’occupation du domaine public, le 31 mars dernier, en raison des travaux prévus à la Cartoucherie, qui vont notamment entraîner la suppression de 1300 places de parking.

“Nous avons appris l’annulation pure et simple de la fête foraine, de but en blanc, sous prétexte qu’elle serait irréalisable techniquement”, proteste Frédéric Tournié, l’un des forains participant au rassemblement. “Nous n’avons pas été alertés et n’avons jamais été entendus”, martèlent les forains qui tentent d’établir un dialogue avec la municipalité de Toulouse.

Six hectares pour les forains à Toulouse

Pour la tenue de cette grande fête populaire, les forains ont besoin d’un terrain de six hectares : “Nous avons avancé des propositions, comme de séparer les deux espaces, celui des caravanes et celui des manèges, en se dispatchant sur deux sites. La fermeture en semaine étant à minuit, nous avons proposé de limiter le bruit de la musique à partir de 22h”.

Les forains sur la place du Capitole grondent de colère contre l’annonce de la mairie qu’ils jugent brutale : “Nous sommes tous au pain sec et beaucoup ne s’en sortiront pas. Cela fait un an que nous ne travaillons pas ! Nous avons été mis devant le fait accompli, sans aucune concertation, on ne peut pas accepter ça”.

Pour les forains, rien ne laissait présager une telle décision : “Sur la fête Saint-Michel, nous accueillons jusqu’à 15 000 personnes sur un week-end. Ces gens-là qui décident pour nous, ne pensent pas à la jeunesse, à notre travail, à nous qui sommes en plein désarroi”.
Frédéric Tournié brandit un mail signé de Cécile Dufraisse qui, en date du 23 avril, répond aux relances des forains en ces termes : “Insister auprès de mes collègues élus ou moi-même ne sert en rien votre cause”, avant de l’encourager à trouver “d’autres lieux d’installation en France, dans la région ou le département”.

Des actions de blocage sont envisagées

Les forains, qui ont déjà dû déménager des allées Jules-Guesde en raison des travaux du tram, il y a dix ans, se retrouvent à nouveau le bec dans l’eau. Décidés à obtenir une audience directement avec le maire de Toulouse, ils n’excluent pas d’en recourir à des actions de blocage.

“Si nous n’obtenons pas d’audience, nous aviserons avec les collègues, les syndicats et la fédération. Si nous sommes obligés, nous irons plus loin, bien que nous privilégions le dialogue. Nous pourrons par exemple bloquer la rocade ou le centre-ville avec nos camions”.

La pétition en ligne contre la suppression de la fête Saint-Michel lancée sur le site change.org a, à ce jour, recueilli plus de 850 signatures.

Laetitia Soula
Journaliste de presse écrite depuis plus de dix ans, Laëtitia Soula est rédactrice et photo-reporter. Polyvalente print et web, elle a également oeuvré comme secrétaire de rédaction et relations presse. Elle a travaillé pour divers titres de presse locale et collectivités territoriales (presse institutionnelle) à Paris, Marseille, en Bretagne, en Auvergne et dans le sud-ouest, avant de poser ses valises à Toulouse.
 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img