ANV-COP21 trace des “pistes cyclables clandestines” à Toulouse

Les militants et activistes pour le climat d’ANV-COP21 ont tracé, cette semaine, une dizaine de “pistes cyclables clandestines” à Toulouse. Une dernière action aura lieu à Saint Cyprien, ce vendredi 26 juin, au soir. 

Les militants d’ANV-COP21 tracent des pistes cyclables clandestines © ANV-COP21

Par petits groupes, les militants du groupe de désobéissance civile ANV-COP21 ont sillonné les rues de Toulouse pour tracer, à la sauvette, des pistes cyclables “clandestines”. Des silhouettes blanches juchées sur des vélos, réservant une voie aux cyclistes, ont ainsi fleuri dans les quartiers Palais de Justice, Carmes, Pont des Demoiselle et Saint-Pierre… Par ces opérations, les militants veulent interpeller les candidats aux élections municipales sur l’urgence de lancer une politique d’aménagement cyclable ambitieuse. Seul moyen, selon eux, de réduire le trafic automobile et de limiter les émission de Gaz a effet de serre. Une dernière opération de marquage au sol, pour conclure cette semaine en faveur de la petite reine, est prévue dans le quartier Saint-Cyprien.

Pas de grands axes cyclables dans Toulouse

« On voit bien que l’équipe municipale actuelle rechigne a prendre de l’espace public consacré à la voiture pour le réserver aux vélos ou aux piétons. C’est pour cela que l’on ne voit pas encore de grands axes cyclables se dessiner dans Toulouse, mais simplement des tronçons de ci de là. La mairie met en place des aménagements là où elle estime qu’elle n’enlève pas ou peu de place aux voitures. Cela fait, malheureusement, qu’il n’y a pas de maillage cohérent », déplore Ariane, l’une des militantes.

Par ailleurs, le groupe assure que les actions menées au cours de la semaine se sont déroulées dans le calme et qu’elles ont été l’occasion d’échanger avec toutes sortes d’usagers de la route : Piétons, cyclistes ou automobilistes.

Un sentiment d’insécurité pour les piétons et les vélos

« Si certains conducteurs se sont agacés, la plupart des toulousains rencontrés ont été enthousiastes sur cette démarche, estimant qu‘il y avait là un vrai sujet de crispation entre les modes de transport et un réel sentiment d’insécurité pour les vélos et les piétons dans certaines rues du centre-ville », témoignent les militants dans un communiqué.

Par ailleurs, ANV-COP21 a mis en place un site internet qui permet de s’informer sur sa démarche et de suivre ses actions.

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis cycliste et lorsque je vois le comportement général des cyclistes qui n’ont que faire du code de la route, ou est l’insécurité?
    Il faut malheureusement “taper” au portefeuille pour les éduquer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.