samedi 23 octobre 2021

Contact

ActualitésLe centre éducatif Albatros à Cornebarrieu : un pont entre dedans et dehors

Le centre éducatif Albatros à Cornebarrieu : un pont entre dedans et dehors

Alors que le gouvernement a fait du déploiement des centres éducatifs fermés un élément déterminant de sa politique judiciaire envers les mineurs, à Cornebarrieu, une structure expérimentale mise au contraire sur la liberté de mouvement. Le centre éducatif passerelle Albatros apprend aux jeunes à reprendre leur place dans la société.

À quelques encablures du centre de rétention administrative de Cornebarrieu, l’entrée d’Albatros, structure expérimentale pour les mineurs délinquants, fait directement face au cimetière de la commune. Pas de grilles ni de barbelés. Un simple portail électrique matérialise l’accès à cette ancienne ferme entourée de 5 000 m² de verdure. « Il n’est là que pour rassurer les voisins, les jeunes peuvent aller et venir librement », annonce Anne Dufour, directrice de ce centre éducatif dit « passerelle », l’un des rares du genre en France. « Nous sommes un peu à la marge des dispositifs classiques. Ici, le but est de confronter les mineurs à la réalité, avec un travail sur l’insertion professionnelle et la rescolarisation, plutôt que de les en éloigner. »
« Le but est de confronter les mineurs à la réalité plutôt que de les en éloigner »
Albatros accueille 12 garçons de 16 à 18 ans, dont trois dans des studios indépendants. Des jeunes placés là par des magistrats pour une durée de six mois, suite à des délits répétés mais sans gravité, en guise d’alternative à la prison pour mineurs ou au centre éducatif fermé (CEF).
Trouver sa voie
En ce matin d...

Ceci est un contenu Premium

Veuillez vous connecter ou vous abonner pour découvrir l’info toulousaine autrement.

 

spot_img

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img