mercredi 14 avril 2021

Contact

Actualités J'ai testé... les soldes écoresponsables

J’ai testé… les soldes écoresponsables

©Franc Alix

 

CONVERSION. Quand on évoque le concept du bio, du naturel ou de l’écoresponsable, on pense d’emblée aux aliments et à l’agriculture biologique. Plus rarement à sa garde-robe. Surtout en cette période de soldes, synonyme de tentations et de bonnes affaires. Est-il si compliqué de faire virer son dressing au vert ? J’ai décidé de relever le défi. 

// Lucie Paimblanc

Étape 1 : La polluante industrie de la mode

« De la production du coton à la commercialisation d’un jean, 11 000 litres d’eau auront été nécessaires », m’alerte Isabelle Quéhé, la fondatrice de l’association Universal Love. « Chaque phase de production du vêtement nécessite des produits chimiques : un lourd impact sur la population, qui y est directement exposée, et sur l’environnement. Il faut aussi savoir que, dans les pays où sont confectionnés la plupart des vêtements, les ouvriers n’ont ni protection sociale, ni droit du travail. » Devant les vitrines des grandes enseignes couvertes de panneaux ‘’Soldes’’, j’ai un peu de mal à déglutir en repensant à ces informations. Il me reste à savoir comme m’y prendre pour voter avec ma carte bancaire.

Étape 2 : Décrypter les étiquettes

Pour savoir à quelles marques je peux donner ma confiance, je fais appel à Eloïse Moigno, fondatrice d’une plateforme d’information sur la mode éthique, sloweare.com« Je conseille de regarder les étiquettes. Où a été fait le vêtement ? Est-il labellisé ? Et pour s’assurer que la marque est transparente, pourquoi ne pas la questionner via Internet ou le revendeur ?», détaille cette modeuse éthique. « Préférez les vêtements en matière naturelle et bio, voire recyclée. Enfin, pour avoir une démarche globale et cohérente, on peut se tourner vers les friperies sociales et solidaires. » Dès lors, je dis adieu à toutes les grandes enseignes et les magasins de luxe figurant sur la liste noire des marques opaques sur la confection de leurs vêtements.

Étape 3 : Penser seconde-main

Donner une seconde vie à mes vêtements, je n’y avais pas vraiment pensé avant. Je commence donc par faire un tri dans ma garde-robe et amener ce que je ne porterai plus chez Emmaüs. Ici, les prix sont imbattables avec du -50% pendant les soldes. De plus, « Emmaüs Agir crée des emplois en réinsertion, des contrats de deux ans en vente et en tri, pendant lesquels les personnes sont accompagnées dans leur projet professionnel », m’explique l’assistante de direction, Zou Laplace. Associés à un t-shirt en plastique et coton bio recyclés, mon sac en fibre naturelle et mon jean vintage ne passent pas inaperçus. Le pari de la fripe jolie est gagné !

Étape 4 : Acheter local et artisanal

Chez les créateurs locaux, je trouve de la décoration, des bijoux, des accessoires, quelques vêtements, de la vaisselle en céramique… Impossible de craquer sur tout, d’autant que les prix sont bien éloignés des -70% des grandes enseignes. « On ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable », recadre Élodie Marville, créatrice de Sacadidie que je rencontre à l’atelier-boutique Böw. « Les petits créateurs font des micro-séries voire de la pièce unique et passent beaucoup de temps sur la conception des produits, tout cela a un coût. À travers nos prix, on valorise chaque étape de la fabrication, et on fait vivre des savoir-faire français. » En résumé, j’apprends à investir dans la qualité et dans les emplois locaux : une veste intemporelle, des savons artisanaux sans produit toxique et des bijoux qui me font fondre.

Étape 5 : Renoncer, c’est encore mieux

Sur Internet, je trouve plusieurs marques transparentes et engagées. Leurs vêtements m’attirent mais ne sont pas soldés. Intriguée, je pose la question à l’une d’elles : La Révolution Textile, lancée à Toulouse par Myriam Underwood. « Je travaille le lin avec des usines labellisées Oeko Tex et cela a un coût non négligeable. Si je baisse mes prix, je ne rentre plus dans mes frais car ma marge est déjà compressée au maximum… Selon moi, le système actuel de la mode est dangereux : des enseignes qui proposent six collections par an, des vêtements d’été en rayon en janvier et soldés en juillet… Tout cela pousse à la surconsommation et au gaspillage des ressources. » Finalement, être écoresponsable et faire les soldes m’apparaît antinomique. Plutôt que de viser la quantité, je me tourne désormais vers la qualité et la beauté des vêtements faits dans le respect de la nature et des humains. En quelques mois seulement, ma garde-robe a changé de visage. Pour mon plus grand bonheur !

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

Articles en rapport

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Une application de sophrologie 100% toulousaine

L'application de sophrologie « Ma Bulle Sophro », créée à Toulouse, est disponible sur Apple Store depuis le mois de mars 2021. Problèmes de stress,...

Numérique. Emmaüs Connect lance une grande collecte d’ordinateurs inutilisés

Pour lutter contre l'exclusion numérique de huit millions de français, Emmaüs Connect lance une grande collecte pour récupérer les ordinateurs et smartphones non utilisés...

Tarn-et-Garonne : L’emploi salarié en baisse malgré les dispositifs mis en place

Une réunion s’est déroulé mardi 13 avril entre Chantal Mauchet, préfète du Tarn-et-Garonne et le Service public de l’emploi départemental (SPED). L’occasion de revenir...

Au Bonheur des Dames, la nouvelle librairie féministe de Toulouse

Depuis le 9 janvier 2021, une librairie féministe et généraliste, indépendante et engagée a ouvert à Toulouse. « Il manquait à Toulouse un espace entièrement dédié...

Montpellier. 12 nouvelles rues porteront des noms de femmes

Lors du conseil municipal de Montpellier de ce lundi 12 avril, les élus ont voté pour que 12 des nouvelles rues des quartiers Près...

Covid-19 : En Aveyron, les hospitalisations se multiplient

Le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 en Aveyron a doublé depuis le début de l’année 2021. La situation épidémique se dégrade et le taux d’incidence...

Peut-être un deuxième Ntamack pour la Coupe du monde de rugby 2023 en France

Francis Ntamack, frère de l'emblématique Émile et oncle de l'inarrêtable Romain, vient d'être nommé sélectionneur de l'équipe nationale de rugby de Madagascar. https://www.youtube.com/watch?v=R2wnucJowtM Dans la famille...

Les élections régionales et départementales encore reportées

Les élections régionales et départementales sont reportées aux 20 et 27 juin 2021. Après un vote consultatif des députés, le report d'une semaine a...

Aveyron : 1 040 kilomètres de routes de nouveau limités à 90 km/h

1 040 kilomètres de routes dans le département de l’Aveyron vont être de nouveau limités à 90 kilomètres/heure. Cette décision fait suite à une...

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

Les plus lus

Au CHU de Toulouse, des essais prometteurs pour les victimes d’infarctus

Reconfinement : la colère des personnels hospitaliers du CHU de Toulouse

Pour le syndicat CGT représentant les personnels hospitaliers du CHU de Toulouse, le reconfinement n'est qu'une mesure restrictive de plus destinée à pallier les...
Economie Occitanie

Airbus et l’aéronautique en danger : scénario catastrophe pour Toulouse ?

Toulouse pourrait-elle connaître dans les années à venir le même sort que la ville de Detroit aux États-Unis, dévastée par l'effondrement de l'industrie automobile ?...
Bourg d'Oueil

Sorties en Haute-Garonne [1/6] : villages tranquilles et vallées secrètes

A l'heure où le déconfinement s'opère jour après jour en France, le département de la Haute-Garonne a une belle carte à jouer pour relancer...
station ski Superbagnères

Deux jours de ski gratuit dans les stations du Mourtis et de Luchon-Superbagnères !

Une semaine avant leur ouverture officielle, les stations de Luchon-Superbagnères et Le Mourtis offrent deux journées d’accès gratuit à leur domaine skiable, les vendredis 13...

Le plus bel arbre de France est à Sorèze, à 60 kilomètres de Toulouse

Ce mercredi 19 août, le hêtre de Saint-Jammes, à Sorèze, recevra le prix de l’arbre remarquable de l’année 2019, qui récompense le plus beau...

Urbex : 4 lieux improbables à l’abandon à Toulouse

Hôtel, maison de retraite, châteaux, restaurant universitaire, ces bâtiments se sont retrouvés abandonnés du jour au lendemain. Des lieux d'urbex figés dans le temps,...

Covid-19. Le variant breton fatal aux frelons asiatiques

Des chercheurs du Centre de recherche et d'analyses sur la cognition et la réflexologie animale de Toulouse ont observé des effondrements d’essaims de frelons...
La situation épidémique actuelle

Covid-19 : dans le Tarn, la situation épidémique se dégrade

La situation épidémique inquiète dans le département du Tarn. Le taux d’incidence est supérieur à la moyenne régionale et le taux de décès est...