samedi 10 avril 2021

Contact

Politique Aymeric Deheurles (Archipel Citoyen) : « Le conseil municipal est un théâtre lamentable »

Aymeric Deheurles (Archipel Citoyen) : « Le conseil municipal est un théâtre lamentable »

Membre du groupe Archipel Citoyen au Conseil municipal, Aymeric Deheurles est le premier élu de Toulouse à être issu du tirage au sort. Après neuf mois de mandat, il dresse un premier bilan très contrasté de son expérience de la politique locale.

tirage sort Deheurles Toulouse
Aymeric Deheurles est devenu conseiller municipal de Toulouse après avoir été tiré au sort par Archipel Citoyen

Après avoir été tiré au sort par Archipel Citoyen, vous attendiez-vous à devenir conseiller municipal de Toulouse ?
Non, pas vraiment. J’ai accepté d’entrer dans la démarche d’Archipel Citoyen car je la trouvais très intéressante, mais je n’avais pas tellement envie d’être exposé. Cela s’est joué le jour de l’ordonnancement de la liste. Il a été établi qu’il fallait un tiré au sort en neuvième position. Comme nous ne savions pas trop qui mettre, nous avons effectué un nouveau tirage au sort et j’ai été désigné. J’ai donc été doublement tiré au sort (rires). Il m’a fallu un peu de temps pour me faire à l’idée que je serai, quoi qu’il arrive, en position éligible. Cela m’a beaucoup travaillé, d’autant que je n’avais pas très bien vécu les manœuvres politiciennes qui avaient commencé à voir le jour durant cette journée d’ordonnancement.

“Je vois des choses qui m’énervent profondément”

Neuf mois après, quel premier bilan faîtes-vous de cette expérience ?
Faire de la politique m’a toujours titillé mais je n’aurais jamais franchi le pas spontanément car je me suis toujours méfié des partis politiques comme de la peste. Pouvoir vivre cela de l’intérieur m’intéresse donc énormément. En revanche, je vois des choses qui m’énervent profondément, comme la division de notre groupe au conseil métropolitain que j’ai très mal digéré. Malheureusement, ce monde est tel qu’on l’imagine. Je m’attendais à vivre ce genre d’événements mais peut-être pas aussi rapidement. A de nombreuses reprises, j’ai failli claquer la porte, mais j’ai l’habitude d’honorer mes engagements. Et, je me dis aussi que cette opportunité ne se représentera pas deux fois. C’est une chance de pouvoir contribuer à faire avancer la ville, même en étant dans la minorité. Les autres tirés au sort qui se trouvaient sur la liste m’ont également convaincu de m’accrocher. J’essaie donc de me concentrer sur le positif.

Comment abordez-vous votre rôle d’élu ?
Par rapport à tous les autres conseillers municipaux, majorité et minorité confondues, je suis sûrement le seul à ne jamais avoir émis le désir d’être élu. Je n’ai aucune ambition personnelle, aucun plan de carrière et il est certain que je ne serai pas candidat à la prochaine élection. Je n’ai donc rien à perdre. Je dispose de six ans pour profiter, découvrir et faire en sorte de donner une utilité à mon mandat. N’étant membre d’aucun parti, je me sens totalement libre de mes engagements. Je représente en quelque sorte les quidams. C’est d’ailleurs pour cela que l’on m’a sollicité. Tant que j’estime que cela va dans le bon sens pour la ville, je suis donc prêt à bosser avec tout le monde. Y compris avec certains élus de la majorité, qui me semblent réellement investis dans leur mission, même si je ne partage pas leurs idées.

“Mon but est de porter des idées, pas de gagner en 2026”

En étant élu, issu du tirage au sort, êtes-vous perçu différemment par vos collègues ?
Au début, j’étais peut-être un sujet d’étude un peu curieux pour les conseillers de la majorité. Certains n’avaient pas très bien compris le concept du tirage au sort et étaient très étonnés quand je leur expliquais comment je m’étais retrouvé sur la liste. Au sein de mon groupe, ma position induit un point de vue plus terre à terre, moins politicien. Mon but est de porter des idées, pas de gagner en 2026. Même si je suis clairement de gauche, je suis peut-être le plus à droite de l’équipe (rires). D’ailleurs, quand Jean-Luc Moudenc nous caricature comme un ramassis d’extrême gauche, cela me fait doucement rigoler. Globalement, je pense avoir montré que le tirage au sort pouvait fonctionner. Cela permet de toucher des gens qui n’auraient jamais imaginé faire de la politique. Si je peux au moins servir à cela, ce sera déjà une belle satisfaction.

En tant que novice, quel est votre regard sur le fonctionnement de la démocratie locale ?
Très honnêtement, c’est une horreur absolue. Le conseil municipal est véritablement le théâtre d’un jeu politique lamentable. Chacun joue un rôle, une partition. Les débats sont en permanence parasités par des intérêts politiques. Pendant le temps des propos liminaires notamment, on s’envoie des piques en espérant que cela soit repris dans la presse… C’est très énervant. Je comprends cette mentalité, parce que l’on a aussi besoin de ce relais mais, alors que nous sommes là pour décider de l’avenir de Toulouse, certains pensent plus à se mettre en avant et à bien communiquer. Quand je repense à l’épisode d’octobre dernier, quand la majorité a fait passer le seuil pour former un groupe municipal de deux à quatre membres, en faisant semblant que ce n’était pas prémédité, c’était d’un ridicule incroyable. Et le pire, ce sont les gens comme Sacha Briand qui passent leur temps à envoyer des “scuds” à l’opposition et viennent faire ensuite ami-ami à la pause, comme si de rien n’était. Personnellement, je suis incapable d’avoir un comportement différent en public et en privé.

“Cela chamboule forcément la vie privée”

Arrivez-vous tout de même à trouver votre place dans ce paysage ?
Oui, je suis membre de deux commissions, une à la mairie et une à la métropole. Dans ces réunions les rapports sont plus détendus. Il s’y met en place un vrai travail. Nous disposons de plus de temps et les discussions, dans lesquelles mon avis est pris en compte, sont intéressantes, sans joute politique. En tant qu’élu, je suis également membre du conseil d’administration de Zefil, le réseau fibre optique de la métropole. De par ma profession d’informaticien, là aussi, je sens que mon expérience peut être utile.
Sinon, en conseil municipal, j’essaie de mettre en avant des sujets qui me tiennent à cœur. Ce vendredi 19 mars, je présenterai par exemple mon premier vœu à propos de la précarité menstruelle. C’est une question qui est en ce moment dans l’actualité mais qui m’intéresse depuis plusieurs années. De manière générale, je suis plus sensible aux sujets de société qu’aux dossiers très techniques.

Quelle place prend ce mandat de conseiller municipal dans votre vie ?
Pour assister aux conseils municipaux et aux réunions de commission, je pose des journées ou demi-journées de congés sans solde. Je ne me suis inscrit qu’à deux commissions car j’aime faire les choses consciencieusement. Il m’arrive de me coucher assez tard pour bien étudier les délibérations, prendre des notes, préparer des questions. De fait, les journées sont plus longues, cela chamboule forcément un peu ma vie privée mais ma famille est compréhensive. Je suis très admiratif de l’énergie que dépensent certains collègues, comme Maxime Le Texier, qui s’intéresse à tout, participe à tout, va à la rencontre d’énormément de personnes pour prendre le pouls de la ville. Personnellement, je souhaite remplir au mieux les missions qui me sont confiées sans sacrifier ma vie privée. Cela fait partie des raisons pour lesquelles je ne m’investirai que six ans.

Nicolas Mathé
Pigiste, il a observé l’actualité pour différents titres de la presse écrite locale et nationale pendant presque 10 ans, avant d’intégrer la rédaction du journal en février 2018 pour se consacrer exclusivement à la quête des solutions de demain.

Articles en rapport

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Confinement : voici les plus beaux jardins du Tarn ouverts 

La semaine dernière, le Gouvernement annonçait de nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19. Il est actuellement possible de circuler dans un rayon de...

Confinement : une exception pour les sportifs amateurs

Les sportifs amateurs ont droit à un peu plus de liberté. Afin de pouvoir s’entraîner, les licenciés peuvent profiter des installations sportives de leur...

Des dégâts agricoles en raison de la vague de froid 

Cette semaine, les températures sont tombées sous la barre du 0°. Une météo compliquée pour les productions agricoles. Suite à ce froid, des aides...

Le vaccinodrome du Parc des Expositions ouvert 7j/7

Depuis le mercredi 7 avril, le Hall 8 du Parc des Expositions (sur l'île du Ramier, accessible par le pont du Stadium) est ouvert....

Top 5 des idées sorties à Toulouse… et ailleurs !

Une visioconférence sur l'environnement, un match de Coupe d'Europe de rugby, un concert surprise à domicile, un documentaire sur l'aéropostale... Voici quelques idées sorties...

Université Paul-Sabatier : les étudiants de médecine inquiets du maintien des examens

Des étudiants en médecine critiquent les conditions sanitaires de l'organisation des examens à l'université Paul-Sabatier 3, à Toulouse. Les élèves de Premier cycle à la...

Covid : la situation se dégrade dans le Tarn-et-Garonne

Le département de Tarn-et-Garonne a atteint le seuil d’alerte maximale face au Covid. La dégradation de la situation épidémiologique se confirme en Occitanie. Durant la...

Tarn-et-Garonne : la liste des 6 centres de vaccination Covid-19

Centre hospitalier, centre de dépistage et vaccination, Maison de Santé Pluridisciplinaire, cabinet médical... Où se faire vacciner dans le Tarn-et-Garonne ? A Montauban, Nègrepelisse, Moissac, Caussade,...

Vents violents : fermeture des parcs et jardins à Toulouse

En raison d'une alerte météo déclenchée en raison de vents violents, l'ensemble des parcs et jardins public de la ville de Toulouse sont fermés...

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

Les plus lus

Au CHU de Toulouse, des essais prometteurs pour les victimes d’infarctus

Reconfinement : la colère des personnels hospitaliers du CHU de Toulouse

Pour le syndicat CGT représentant les personnels hospitaliers du CHU de Toulouse, le reconfinement n'est qu'une mesure restrictive de plus destinée à pallier les...
Economie Occitanie

Airbus et l’aéronautique en danger : scénario catastrophe pour Toulouse ?

Toulouse pourrait-elle connaître dans les années à venir le même sort que la ville de Detroit aux États-Unis, dévastée par l'effondrement de l'industrie automobile ?...
Bourg d'Oueil

Sorties en Haute-Garonne [1/6] : villages tranquilles et vallées secrètes

A l'heure où le déconfinement s'opère jour après jour en France, le département de la Haute-Garonne a une belle carte à jouer pour relancer...
station ski Superbagnères

Deux jours de ski gratuit dans les stations du Mourtis et de Luchon-Superbagnères !

Une semaine avant leur ouverture officielle, les stations de Luchon-Superbagnères et Le Mourtis offrent deux journées d’accès gratuit à leur domaine skiable, les vendredis 13...

Le plus bel arbre de France est à Sorèze, à 60 kilomètres de Toulouse

Ce mercredi 19 août, le hêtre de Saint-Jammes, à Sorèze, recevra le prix de l’arbre remarquable de l’année 2019, qui récompense le plus beau...

Urbex : 4 lieux improbables à l’abandon à Toulouse

Hôtel, maison de retraite, châteaux, restaurant universitaire, ces bâtiments se sont retrouvés abandonnés du jour au lendemain. Des lieux d'urbex figés dans le temps,...

Covid-19. Le variant breton fatal aux frelons asiatiques

Des chercheurs du Centre de recherche et d'analyses sur la cognition et la réflexologie animale de Toulouse ont observé des effondrements d’essaims de frelons...
Château_de_Montségur

4 idées d’escapades en Ariège pour ce week-end

Il y a tout ce qu'il faut dans la région pour voyager, ne serait-ce qu'une journée. Pour ce week-end du 20 et 21 juin,...