Les bibliothèques de Toulouse en grève le 11 mars suite à l’annulation de la conférence de Rokhaya Diallo.

Suite à l’annulation de la venue de Rokhaya Diallo, les agents des bibliothèques de Toulouse seront en grève le 11 mars prochain. Ils reprochent à Jean-Luc Moudenc d’avoir mis en cause publiquement certains d’entre eux.

mediatheque grand m

Le 11 mars prochain, la journaliste Rokhaya Diallo devait tenir une conférence à la Médiathèque Grand M, dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes. Un événement inscrit de longue date au programme de la bibliothèque toulousaine mais finalement annulé le 13 février dernier par la mairie au motif que la procédure interne n’aurait pas été réalisée en bonne et due forme.

Évoquant de leur côté une censure, les syndicats Sud et CGT appellent à la grève le 11 mars, jour prévu de la conférence. Une décision prise suite à une assemblée générale massive qui s’est déroulée le 27 février dernier et durant laquelle les agents ont longuement évoqué la situation.

“Ces faits sont extrêmement graves”

“La Mairie de Toulouse, pour éviter de s’expliquer sur sa décision de censurer une journaliste, met en cause publiquement des collègues du service, qui n’auraient pas respecté les procédures dans le cadre de la programmation. Ces faits sont extrêmement graves, nous affirmons qu’à aucun moment les collègues ne se sont écartés des règles qui régissent la programmation culturelle du service. La venue de Rokhaya Diallo avait été discutée et décidée dans le cadre des partenariats (association, préfecture, lycée…) du Contrat de ville. La date du 11 mars retenue pour sa venue figurait dans la première mouture du support de communication “Manifesta” envoyé à l’imprimerie”, écrivent les syndicats, avant de poursuivre :

“Nous affirmons que l’annulation de la conférence de Rokhaya Diallo est une véritable censure et nous ne laisserons pas diffamer publiquement nos collègues par ceux qui veulent camoufler les vraies raisons de cette annulation”.

Un possible recours en justice pour diffamation

L’assemblée générale a donc décidé de soutenir la demande à l’administration d’actionner l’article 11 du statut qui prévoit une protection fonctionnelle pour les agents mis en cause dans le cadre de leurs fonctions et la possibilité d’un recours juridique pour diffamation. Pour soutenir les agents mis en cause, un rassemblement sera donc organisé le 11 mars, à 10h, place du Capitole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.