jeudi 2 décembre 2021

Contact

ActualitésL'Adepape 31, une association d'anciens enfants placés qui prend le relais de...

L’Adepape 31, une association d’anciens enfants placés qui prend le relais de la protection de l’enfance

Les mesures de protection de l'enfance prennent fin aux 18 ans des bénéficiaires. Délaissés par les institutions qui les ont recueillies, ces jeunes majeurs se retrouvent dans une situation précaire qui peut les mener à la rue. L'Adepape 31 leur offre le soutien que l'on trouve normalement auprès de sa famille.

L'Association départementale d'entraide des personnes accueillies en Protection de l'enfance de Haute-Garonne (Adepape 31) est une organisation fondée il y a plus de 80 ans par d'anciens enfants pupilles de l’État. Des « enfants de la Ddass », comme ils se nomment eux-mêmes, qui ont eu la chance de s'en sortir et souhaitent accompagner à leur tour les jeunes majeurs quand ils perdent, parfois brutalement, le droit aux mesures de protection de l'Aide sociale à l'enfance (ASE).

« Il y a un manque de préparation à la transition. On ne peut pas dire à des enfants, du jour au lendemain : "Maintenant tu as 18 ans donc tu es autonome" », déplore Claude Le Merrer, vice-président de l'association et lui-même ancien pupille. Essentiellement financée par des dons, des legs et « une subvention minime du Conseil départemental », cette structure de bénévoles aide les jeunes qui viennent à leur rencontre à gagner leur indépendance en leur offrant un soutien économique, matériel et, surtout, humain.
« L'Adepape est un lieu de résilience incroyable »
Coup de pouce pour accéder à un logement, complément de bourses pour les études, banque alimentaire, financement du permis de con...

Ceci est un contenu Premium

Veuillez vous connecter ou vous abonner pour découvrir l’info toulousaine autrement.

Nicolas Belaubre
Nicolas Belaubre a fait ses premiers pas de journaliste comme critique de spectacle vivant avant d’écrire, pendant huit ans, dans la rubrique culture du magazine institutionnel ‘’à Toulouse’’. En 2016, il fait le choix de quitter la communication pour se tourner vers la presse. Après avoir été pigiste pour divers titres, il intègre l’équipe du Journal Toulousain, alors hebdomadaire de solution.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img