Les agents hospitaliers manifestent aux côtés des Gilets jaunes

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, la délégation CGT du CHU de Toulouse appelle les hospitaliers à rejoindre les blocages et à grossir les cortèges. Leurs revendications ne sont pas éloignées.

CGT CHU 2 @DR

Si l’on a vu, dans les cortèges, des blouses blanches et des masques chirurgicaux aux côtés des Gilets jaunes, c’est parce que ces deux mouvements affichent quelques aspirations communes : « Les questions de faibles rémunérations, d’emploi, de métiers non reconnus, de coût des transports ou de hausse des prix sont aussi au cœur de notre combat. Cette mobilisation redonne confiance. Et l’on se dit qu’ensemble, on peut gagner », s’enthousiasme Pauline Salingue, déléguée CGT au CHU de Toulouse.

Le syndicat organise régulièrement des grèves ou des manifestations et porte ses propres revendications : contre la baisse des cotisations, parce qu’elles financent la sécurité sociale, ou contre la taxe sur les salaires appliquée aux hôpitaux qui équivaut, selon lui, à 1 000 postes à temps plein.

La CGT estime que plus d’un demi-millier d’emplois manquent au sein du CHU de Toulouse, qui compte près de 16 000 salariés : « Cela fait beaucoup de dégâts : pour les agents, qui cumulent les heures supplémentaires et ne prennent pas leurs repos, et pour les patients, à qui l’on consacre deux fois moins de temps. Il faut améliorer la prise en charge, notamment par la prévention et par l’accès universel aux soins », propose Pauline Salingue, pour qui l’arrivée récente d’un nouveau directeur, Marc Penaud, n’a rien changé.

Ainsi, depuis le 29 novembre dernier, au moins une centaine d’hospitaliers ont entamé une grève illimitée. Et la CGT CHU appelle à un rassemblement le 14 décembre prochain à 11 heures, devant le palais de justice de Toulouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.