jeudi 29 octobre 2020
Actualités Le plan de 15 milliards d’euros pour l’aéronautique ne rassure pas les...

Le plan de 15 milliards d’euros pour l’aéronautique ne rassure pas les syndicats

Ni enthousiaste, ni déçu. Devant le plan de soutien de l’aéronautique de 15 milliards d’euros présenté ce mardi 9 juin par le gouvernement, Ludovic Andrevon, président du premier syndicat du secteur, reste mesuré. Il alerte sur le danger de mort immédiate qui menace de nombreux sous-traitants.

« Je ne compte pas en milliards, mais en emploi », prévient Ludovic Andrevon, président de la CFE-CGC Aéronautique Espace Défense, premier syndicat de ces secteurs. Les 15 milliards d’euros du plan de sauvetage annoncé ce mardi 9 juin par le gouvernement ne l’impressionnent pas. « D’abord il ne s’agit que de 8 milliards d’argent nouveau, puisque les 7 autres sont destinés à soutenir Air France. » Ce qui lui convient, dans la mesure où son organisation plaide pour une relance de la demande d’avions. « Maintenant, il va falloir transformer l’essai. Faire en sorte que les annonces se traduisent concrètement par des discussions au sein des entreprises pour que l’on arrête d’y parler de plan social », avertit-il.

Veiller à ce que l’argent soit bien dépensé

300 000 emplois sont en jeu, dont près de la moitié dans la région toulousaine. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie estime que, sans aide immédiate, 100 000 d’entre eux auraient été menacés dans les six prochains mois. Il indique qu’il exigera des garanties en termes de maintien de l’emploi de la part des grands industriels que sont Airbus, Thalès, Dassault et Safran. « Il faudra veiller à ce que les deniers publics que vont toucher ces Big four, comme on les appelle, soient bien dépensés pour des emplois en France. Si c’est pour qu’un donneur d’ordre externalise et confie des missions à une filiale indienne, je ne vois pas l’intérêt. Nous jugerons de l’esprit guerrier du gouvernement pour appliquer sa politique », réagit Ludovic Andrevon.

L’avion du futur en ligne de mire

Alors que les géants du secteur n’ont pas encore annoncé de plan social, la menace pèse plus fortement chez leurs sous-traitants, comme Derichebourg, Athos, Sogeclair ou Latécoère : « On ne sait même pas si tous passeront l’été et on ne compte plus le nombre de PME dont la moitié des effectifs sont sur la sellette », alerte-t-il. Ainsi, le milliard et demi d’euros destiné à développer l’avion vert du futur, pour un lancement avancé à 2035, « est une belle perspective pour l’aéronautique à moyen et long terme. Mais encore faut-il que les entreprises censées la concrétiser soient toujours en vie », termine le syndicaliste.

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport