lundi 20 septembre 2021

Contact

Actualités Ineloo, l’électroménager réparable et durable

[DOSSIER] Ineloo, l’électroménager réparable et durable

La société toulousaine Ineloo travaille à l’élaboration d’appareils électroménagers réparables facilement et à moindres frais. Une bouilloire et un lave-linge longue durée sont en passe d’être commercialisés.

DR

C’est en tant que consommateur et citoyen que Jacques Ravinet, cofondateur de la société toulousaine d’études marketing Kheolia, a eu l’idée de concevoir des appareils électroménagers réparables. En 2014, il a créé l’entreprise Ineloo, qui signifie Innovation électroménager ouverte, pour « changer les choses de l’intérieur. Qui ne s’est jamais retrouvé avec une machine à laver en panne après cinq ans et demi alors que la garantie était de cinq ans ? Cela coûte souvent plus cher de réparer que de racheter le produit. »

À partir de ce constat et d’une étude auprès de 5 000 consommateurs pour comprendre les attentes et les défaillances les plus fréquentes, Ineloo a mis au point son propre cahier des charges. L’entreprise a travaillé avec l’Institut catholique d’arts et métiers (Icam) pour les études techniques et collabore aujourd’hui avec Articlect, le FabLab toulousain, pour la conception des deux premiers produits qu’elle souhaite commercialiser : une bouilloire multifonctions et un lave-linge.

« Pour la machine à laver, nous avons installé un rotor d’hélicoptère »

« Ces appareils sont construits à partir de pièces fiables déjà utilisées dans d’autres secteurs. Par exemple, pour la machine à laver, nous avons installé un rotor d’hélicoptère. La carte mère, qui est souvent un point faible, est remplacée par plusieurs cartes identiques, réparables, qui contrôlent chacune un élément. Et l’accès à l’ensemble des pièces est facilité », détaille Jacques Ravinet. Les plans seront disponibles sur Internet selon le principe de l’open source et les pièces de rechange n’excéderont pas 10 % du prix d’achat de l’appareil. Enfin, Ineloo met l’accent sur un développement et une production 100 % français, une question de « responsabilité et de fiabilité ». « Nous utilisons également des matériaux socialement et environnementalement corrects, recyclables et non polluants lors de leur fabrication », insiste Jacques Ravinet. Deux coques sont ainsi à l’étude pour le lave-linge : en bois ou à base de chanvre.

Pour Ineloo, l’objectif est de commercialiser la bouilloire, qui fera aussi cuiseur vapeur et cuisson à l’eau, à la rentrée 2019 et le lave-linge en fin d’année prochaine. Les deux produits devraient respectivement être vendus 150 et 900 à 950 euros.

 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img