Conseil municipal : des délibérations budgétaires sur fond de contexte électoral

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, est revenu ce vendredi sur plusieurs délibérations présentées au conseil municipal du même jour. Et s’il n’a pas ouvertement évoqué le sujet, la campagne électorale reste en toile de fond.

Conseil_Municipal_Du_10_Avril_2015┬P.Nin3

C’est l’une des délibérations à l’ordre du jour : le débat d’orientations budgétaires 2020. Pour l’an prochain donc, la mairie prévoit des investissements à hauteur de 140 millions d’euros. L’occasion pour Sacha Briand, adjoint au maire en charge des finances, de revenir sur l’allègement de la fiscalité. « L’an dernier, la baisse de 30% de la taxe d’habitation est passée inaperçue pour beaucoup de nos concitoyens, mais nous allons entrer dans la deuxième phase et atteindre les 65% », poursuit l’élu. En 2019, 131 930 foyers fiscaux toulousains vont bénéficier de cette baisse d’impôts. « Un couple ayant deux personnes à charge et dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 55 880 euros verra sa contribution diminuer de 148 euros par rapport à 2014 », continue Sacha Briand.

Si cette baisse de la fiscalité est liée à une mesure du gouvernement, Jean-Luc Moudenc se félicite « d’avoir accepté la réforme de la taxe d’habitation tout en s’étant battu pour obtenir de l’État une compensation. Il n’y a pas de réduction des recettes pour la commune », poursuit-il. L’occasion pour le maire, candidat à sa succession, de revenir sur la situation budgétaire de la ville. « Nous ne cachons rien, tout est très transparent, ce qui n’était pas le cas en 2014 où nous ne disposions que de l’état budgétaire de fin 2012 », expose-t-il.

Climat de campagne

Lors de l’ouverture du conseil municipal, les propos liminaires de Jean-Luc Moudenc, qualifiés de « bilan de mandat » par le président du groupe socialiste François Briançon, ont fait réagir vivement l’opposition. « Vous n’êtes plus le maire des Toulousains, vous êtes un candidat en campagne. Votre réel bilan, c’est d’avoir dégradé la vie des habitants : votre mandat, c’est deux fois 15% d’impôts en plus (hausse du taux de la commune et de Toulouse Métropole sur la taxe foncière, ndlr) et l’augmentation de tous les tarifs municipaux : Clae, cantine… Au bout, les Toulousains payent plus pour moins de service public », s’est exprimé Pierre Lacaze, président du groupe des élus communistes, républicains et citoyens.

Malgré le climat de campagne, d’autres délibérations sont à l’ordre du jour, comme les équipements publics du nouveau quartier de la gare Matabiau (jardin, square, groupe scolaire, crèche…) ou encore l’expérimentation du télétravail au sein de six directions pilotes de la Ville et de la Métropole. Une initiative qui devrait être généralisée au bout d’un an.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.