jeudi 26 novembre 2020
Actualités Pour le Medef 31, il ne fallait pas fermer les commerces

Pour le Medef 31, il ne fallait pas fermer les commerces

Pour Pierre-Olivier Nau, le président du Medef en Haute-Garonne, imposer un reconfinement national et fermer les commerces fait planer une menace « d’effondrement économique ».

entreprise fermée
Pour le Medef en Haute-Garonne, il ne fallait pas fermer les commerces © Nicolas Belaubre-JT

« Même si nous avons lutté de toutes nos forces pour l’éviter, nous nous attendions à une telle mesure », concède Pierre-Olivier Nau, le président du Medef en Haute-Garonne. Pour lui, la décision annoncée ce mercredi 28 octobre par Emmanuel Macron d’imposer un reconfinement national est lourde de conséquences. « C’était une idée à exclure totalement, car elle fait peser un risque important d’effondrement économique », désapprouve-t-il.

« On aurait pu ne pas fermer les commerces »

Pour le représentant des patrons locaux, le choix d’un reconfinement national menace directement toutes les filières dépendantes de l’accueil du public. En premier les commerces, les bars et les restaurants du centre-ville. « Ces entreprises, qui incarnent le dynamisme économique des villes sont confrontées à des risques importants de faillite. Elles sont sous perfusion depuis des mois et, aujourd’hui, elles n’ont plus la capacité d’emprunter pour assumer leurs charges. On aurait pu ne pas les fermer », détaille-t-il.

Le confinement : une spirale négative

Par ailleurs, Pierre-Olivier Nau s’inquiète d’un « choc psychologique » lié au confinement et de ce qu’il appelle un « effet de halo ». Une spirale négative où toute l’économie est dans un état de sidération : les consommateurs n’ont plus envie d’acheter, les ventes chutent, les entreprises restreignent leurs commandes et produisent à minima. Pour lui, il est donc important que la « machine France » reparte au plus vite. D’autant que celui-ci en est convaincu : « Les entreprises savent prendre leurs responsabilités et organiser la mise en œuvre des mesures sanitaires. »

La prorogation des aides jusqu’au mois de juin

Néanmoins, Pierre-Olivier Nau prend acte de la situation et rappelle qu’il est aussi fondamental de travailler sur “l’après” que d’accompagner les entreprises. « Il y a déjà des faillites. Il faut augmenter les fonds de solidarité, donner un accès rapide aux programmes de soutien et, surtout, engager ces mesures jusqu’au mois de juin 2021. Nous n’avons aucune visibilité en matière de chiffre d’affaires sur les six mois qui viennent, il faut donc que l’État nous épaule sur toute cette période avec des mesures les plus lisibles possible. Que ce soit par l’exonération des charges ou par des dispositifs de chômage partiel », plaide le représentant du Medef qui croit fermement à la capacité de résilience de la ville de Toulouse. Par ailleurs, celui-ci préconise la création d’un crédit d’impôt permettant aux bailleurs de ne pas facturer leurs loyers aux professionnels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport