dimanche 25 octobre 2020
Politique Le NPA appelle à la constitution d’une liste de rupture

Le NPA appelle à la constitution d’une liste de rupture

Pour le Nouveau parti anticapitaliste, l’accession d’Antoine Maurice à la tête d’Archipel citoyen confirme les motifs pour lesquels il n’a pas rejoint le mouvement. Mieux, le NPA exprime sa volonté « d’œuvrer à la constitution d’une liste porteuse d’un programme de rupture ».

« Nous avions raison de douter de la démarche d’Archipel citoyen », lance Sylvain Cantaloube, membre du comité d’animation du Nouveau parti anticapitaliste en Haute-Garonne. En septembre dernier, son mouvement avait indiqué ne pas souhaiter rallier la liste citoyenne. D’abord parce qu’il ne cautionne pas l’élaboration d’une liste avant celle d’un programme. « Celui-ci reste flou. De grands axes ont été annoncés mais ils n’engagent pas à grand-chose », constate le NPA local qui avoue ne pas comprendre « comment il est possible de s’investir dans un mouvement dont on ne connaît pas les desseins précis ». Ensuite, parce qu’aujourd’hui, « il ne s’agit plus d’une démarche citoyenne mais d’un cartel d’organisations politiques à la tête duquel se trouve désormais Europe écologie-les Verts », poursuit Sylvain Cantaloube.

«  Les Toulousains sont en attente d’une gauche réellement sociale »

Ce dernier fait le bilan des offres de candidatures de gauche et estime qu’il existe « un espace à conquérir pour la gauche radicale, celle qui ne se plie pas aux contraintes budgétaires d’austérité ». Ainsi, le NPA annonce « œuvrer à la constitution d’une liste porteuse d’un programme de rupture avec les politiques libérales ». Pour cela, il lance un appel à la discussion au Parti de gauche, dont l’un des représentants Jean-Christophe Sellin, vient de quitter Archipel, à la France insoumise, qui réfléchit encore à la suite à donner à leur participation au sein du collectif, et plus largement à toutes les forces, militants, associations et citoyens, qui souhaitent en finir avec l’ordre libéral : « Les Toulousains sont en attente d’une gauche réellement sociale qui s’enquiert des services publics, des droits fondamentaux des administrés comme le logement, les transports… »

Pour le NPA, qu’il s’agisse de Nadia Pellefigue, Antoine Maurice ou Pierre Cohen, « tous sont issus de l’équipe municipale précédente ou de sa majorité ». Sylvain Cantaloube rappelant notamment que le second a voté les budgets du troisième, de 2008 à 2014. « Bugdets de rigueur » pour le militant anticapitaliste qui observe la division de l’ancienne gauche plurielle, menée alors par le PS, parti avec lequel le NPA exclut toute alliance « dans des conditions qui imposeraient une solidarité de gestion », même au second tour.

Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse
Cet article a été écrit par des élèves de l'Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse dans le cadre d'un partenariat avec le Journal Toulousain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport