Municipales 2020 : Nadia Pellefigue fait durer le suspense

Alors que les candidats à la candidature socialiste en vue des municipales 2020 sortent du bois les uns après les autres, d’autres, à l’image de Nadia Pellefigue, préfèrent patienter avant d’annoncer leur décision. Une démarche assumée.

Nadia Pellefigue
©R. Benoit

Romain Cujives, élu d’opposition à la mairie de Toulouse, multiplie les posts sur les réseaux sociaux pour lancer sa campagne, lui qui a ouvert le bal des prétendants au Capitole. Pour ne pas accumuler trop de retard, d’autres ont estimé nécessaire de se dévoiler. Claude Raynal, ancien maire de Tournefeuille et sénateur de Haute-Garonne, a annoncé sa candidature il y a tout juste un mois. Quant à l’ancien président du Sénat, Jean-Pierre Bel, il devrait se prononcer dans les jours qui viennent. Une stratégie que Nadia Pellefigue, dont le nom circule pour entrer dans la danse, ne partage pas : « La question n’est pas tant de savoir qui sera la tête de liste mais plutôt quelles solutions le Parti socialiste peut apporter aux Toulousains. Il faut construire et proposer un programme avant de chercher celui ou celle qui l’incarnera. »

Outre le fait que son mandat actuel, vice-présidente du Conseil régional, ne lui permet pas d’évoquer une possible velléité à briguer la mairie de Toulouse, elle ne l’aurait de toute façon pas annoncé si tôt : « Je ne me positionnerai pas aujourd’hui. Attendons de connaître le calendrier de la fédération », lance-t-elle tout en confessant : « Oui, les Toulousains et le devenir de la ville m’intéressent, comme la question des élections municipales. Et oui, je veux y participer mais je ne souhaite pas que ma candidature en soit une condition. » Elle laisse ainsi planer le doute… tout en précisant que sa réflexion avance : « Je veux m’engager dans une coalition la plus large possible, avec toutes les gauches mais je veux d’abord aller au contact des Toulousains pour glaner leurs besoins et leurs aspirations. »

Une légitimité à construire

Sa décision n’est donc pas prise officiellement, mais son actualité laisse à penser que Nadia Pellefigue y songe sérieusement. Comme la parution de son livre ‘’26 lettres d’une Toulousaine d’aujourd’hui’’, aux éditions Glénat. Sous forme d’abécédaire, elle y expose sa vision de la ville et ce en quoi elle voudrait la transformer : « C’est une manière de me présenter aux habitants, moi et mes réflexions. » Car elle est bien consciente d’être identifiée par les acteurs professionnels qui la côtoient au travers de son mandat régional, mais de l’être moins par le grand public.

Elle explique également regretter le soutien public de la fédération du PS et du président du Conseil départemental Georges Méric à Claude Raynal : « Je réprouve ce type d’attitudes qui créé des divisions et laissent à ceux qui ne se rangeraient pas derrière eux, la responsabilité d’un échec. » Or, Nadia Pellefigue, veut gagner, « avec l’union des gauches. Je ne pourrai rien faire seule, mais collectivement, nous pouvons transformer notre ville. » Rien ne servirait donc de partir le premier, l’important est d’être celui ou celle qui rassemblera le plus.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.