LR, PS et LREM pensent déjà aux municipales

Qu’est-ce qui attend les différents partis politiques en cette rentrée ? Si LR, PS et LREM ont des objectifs internes, tous considèrent la préparation des prochaines municipales comme l’un des dossiers prioritaires de cette fin d’année.

Sébastien Vincini, Pierre Castéras et Laurence Arribagé
De gauche à droite et de bas en haut : Sébastien Vincini, Pierre Castéras et Laurence Arribagé

À un an et demi des élections municipales, la question agite déjà les partis. Et tous devront gérer des dossiers en interne pour montrer un front uni. C’est le cas chez Les Républicains, qui choisissent les 13 et 14 octobre leur président départemental. Pour Laurence Arribagé, candidate à sa réélection, « ce sera un moment important de la vie du parti après la rentrée politique de Laurent Wauquiez qui s’est bien passée ».

Plusieurs personnalités sont déjà en lice. Ensuite, le plus gros chantier sera de « continuer à rassembler sans se replier sur soi ». Un point essentiel en vue des municipales : « Nous devons détecter des talents et les accompagner parmi les 1 700 adhérents ou dans la société civile, afin d’être présents dans un maximum de communes ». À Toulouse, il s’agira de défendre « le bon bilan de Jean-Luc Moudenc ».

Castéras : « Il est indispensable de poursuivre notre ancrage »

L’objectif est le même au sein d’En Marche. « Il est indispensable de poursuivre notre ancrage », estime le référent Pierre Castéras, qui avance 12 000 marcheurs au sein de 88 comités locaux, qui doivent se réunir le 12 septembre prochain. Interrogé avant le départ surprise de Nicolas Hulot, il souhaitait que le mouvement continue en Haute-Garonne son travail de pédagogie et d’explication de la politique du gouvernement. Avec cette démission et les différentes annonces du Premier ministre sur les prochaines réformes, cela sera sans nul doute nécessaire.

Enfin, Pierre Castéras souhaite d’ores et déjà préparer les échéances municipales et intercommunales. « Nous allons lancer le chantier des diagnostics locaux et nous réunirons le conseil des territoires en fin d’année », annonce-t-il, avant de préciser que la question des candidatures viendrait après. « Pour l’instant, le candidat, c’est le projet. »

Vincini : « Le PS ne mènera pas forcément la liste des progressistes »

La rentrée sera également animée pour le Parti Socialiste local, qui accueille les 10 et 11 septembre les journées parlementaires du groupe Nouvelle Gauche. « Il s’agira de préparer la rentrée parlementaire qui sera mouvementée sur le front social », juge le premier secrétaire de la Haute-Garonne Sébastien Vincini. Le groupe devra aussi présenter à l’Assemblée nationale un projet d’expérimentation du revenu de base que défend le Département de la Haute-Garonne.

Autre dossier chaud, les élections européennes, dont les candidats seront désignés par les militants. Mais les socialistes n’oublient pas les municipales et Sébastien Vincini, qui pilote la rénovation du parti au niveau national, souhaite accélérer le calendrier de désignation de la personne qui portera le projet. « Je défends l’idée d’un rassemblement des progressistes, car Toulouse mérite une autre orientation. Et le PS ne mènera pas forcément la liste », assure-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.