jeudi 22 octobre 2020
Politique L’incroyable CV de la députée LREM Corinne Vignon

L’incroyable CV de la députée LREM Corinne Vignon

La députée de la troisième circonscription de Haute-Garonne ne conçoit pas la vie sans changement. Toujours en marche.

©DR

Corinne Vignon est un pur produit de la société civile. Tour à tour responsable de communication d’une grande mutuelle, gérante de parc touristique au Costa Rica, restauratrice à Barcelone, agent immobilier à Labège… son parcours est jonché de coups de tête. Pour conquérir la mairie de Flourens en 2014, cette quinqua célibataire, née à Agen, fait du Macron avant l’heure : « J’ai organisé ma propre marche ! Je suis allée écouter les habitants puis leur ai proposé un programme en 50 points, que j’ai respecté. »

Et lorsqu’elle apprend la création du mouvement En marche, il ne lui faut pas longtemps pour en devenir la référente départementale : « J’ai enchaîné les meetings, avec des ballons, des t-shirts et des drapeaux ! » Sa candidature aux élections législatives lui laisse un goût beaucoup plus amer : « Je n’étais pas préparée aux coups bas. Certains sont prêts à tout pour une place. » Ainsi, elle portera plainte pour le piratage de sa messagerie informatique et sera victime d’une rumeur, à la veille du second tour, l’accusant de fraude fiscale pour des activités de cartomancie – le parquet de Toulouse a depuis classé l’affaire.

La stratégie du “push”

À l’Assemblée, Corinne Vignon travaille sur les régimes des retraites, le régime social des indépendants, la fin de vie… Le bien-être animal, un de ses chevaux de bataille, absent de la loi Alimentation, devra attendre un peu : « L’urgence était d’abord de s’occuper des agriculteurs. » Dans tout ce qu’elle fait, elle applique la stratégie du ”push”, mot qu’elle utilise pour décrire son ardeur à la tâche. Par exemple, afin que Balma, au cœur de sa circonscription, dispose enfin d’une gendarmerie, elle a « harcelé pendant des mois les membres des cabinets des ministères de l’Intérieur, de la Défense, et du Premier ministre. »

Pour comprendre les choses, elle s’organise des stages en immersion : quelques nuits avec la brigade anti-criminalité, trois jours au tribunal de grande instance, puis à la Caisse d’allocations familiales, à Pôle Emploi… Pas étonnant qu’elle fustige les parlementaires qui se plaignent de trop en faire : « Qu’est-ce qu’ils croyaient ? Qu’on allait se promener ? Un mandat de député, ce n’est pas le Club Med. C’est un CDD de cinq ans, dans lequel on se plonge à fond. »

Philippe Salvador
Philippe Salvador a été reporter radio pendant quinze ans, à Toulouse et à Paris, pour Sud Radio, Radio France, RTL, RMC et BFM Business. Après avoir été correspondant de BFMTV à Marseille, il est revenu à Toulouse pour cofonder le magazine Boudu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport