Les conséquences du vote de Jean-Luc Moudenc aux Européennes

En soutenant, sans se mouiller, la liste LR aux Européennes, Jean-Luc Moudenc déçoit les caciques de la Macronie et soulage les référents locaux de LREM.

C’est la non-déclaration qui fait le plus de bruit en ce moment dans le Landerneau politique toulousain. Celle du soutien de Jean-Luc Moudenc à la liste LR pour les Européennes de François-Xavier Bellamy. Bien qu’absent au meeting toulousain de ce dernier le 2 mai, le maire « lui a fait savoir qu’il lui apportait son appui », écrivait “L’Opinion” le 7 mai. Une information qui n’a pas été démentie par l’intéressé et que viennent corroborer les propos d’Édouard Philippe ce 13 mai dans le Figaro.

Les regrets du Premier ministre

Le Premier ministre est déçu que des maires dits Macron-compatibles, dont celui de Toulouse, ne se rallient pas à la liste Renaissance de LREM : « En politique, on fait des choix et on les assume. Pour certains d’entre eux, je sais que des considérations locales ont joué un rôle important dans cette décision. Je regrette leur choix, mais ça ne m’empêche pas de leur conserver des liens d’amitié et, à vrai dire, de continuer à considérer que leurs convictions sont très proches de celles de la majorité que je dirige. »  Une façon de ne pas complètement fermer la porte à Jean-Luc Moudenc… qui préfère ne pas s’exprimer sur le sujet : « Je pense très sincèrement que, par ces temps politiques très chahutés, les Toulousains attendent de moi que je consacre toute mon attention à la ville sans trop me disperser au niveau de la vie politique nationale, sauf pour la défense du monde urbain bien entendu » indique l’édile au JT, précisant qu’il est particulièrement sollicité, notamment par la presse hexagonale.

Les municipales en ligne de mire

Son bulletin de vote aux Européennes intéresse aussi tout particulièrement l’équipe locale de LREM. En effet, lorsqu’il était délégué général du parti, Christophe Castaner avait suggéré qu’il pourrait aider les maires sortants « qui ont bien fait leur travail, quelle que soit l’origine de leur engagement », en citant l’édile toulousain et en fixant notamment pour préalable un soutien de la liste LREM aux Européennes. « Jean-Luc Moudenc ne pourra donc pas prétendre à l’investiture de notre mouvement aux prochaines municipales toulousaines », en déduit Pierre Casteras, le référent d’En marche en Haute-Garonne. « En sortant de l’ambiguïté, il apporte une clarification très utile au débat public. Désormais, nous savons qui soutient qui. » Les instances nationales se réservent toutefois encore la possibilité de changer la donne, comme le laisse entendre à demi-mots Stanislas Guerini, le nouveau délégué général de LREM, interrogé par “L’Opinion”. D’après France 3 Occitanie, ce dernier et le maire de Toulouse doivent se rencontrer le 20 mai prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.