À neuf mois des municipales, Jean-Luc Moudenc présente son bilan

Le maire de Toulouse passe en revue les réalisations de son équipe municipale depuis son élection en 2014. Un exercice médiatique en deux parties, dont la première était consacrée, ce mardi 11 juin, à l’amélioration de la qualité de vie des Toulousains.

« Nous rendons des comptes pour que les Toulousains se rendent compte », commence Jean-Luc Moudenc, qui dresse un premier bilan de son action à la tête de la Ville rose, à neuf mois des élections municipales. « 90 % des investissements se sont faits en dehors de l’hypercentre, pour améliorer la qualité de vie des habitants ». Et l’édile de prendre quelques exemples concrets. Celui du bébé à qui l’on trouvera facilement une place en crèche, parmi les 935 créées depuis 2014. Ou celui de son grand frère qui entrera dans une des dix nouvelles écoles de la ville. « Toulouse est la commune qui en a construit le plus en France », se félicite Jean-Luc Moudenc.

« Il oublie de dire que tous ces établissements ne sont pas encore livrés, qu’il a fortement réduit le budget alloué à chaque enfant et fait des coupes sombres dans les prestations et services scolaires », nuance l’ancien maire Pierre Cohen.

180 bâtiments municipaux désormais accessibles pour les personnes handicapées, 6 nouveaux restaurants seniors, une mairie-bus itinérante, des boîtes à lire et des bibliobus… « Ce ne sont peut-être pas de grandes réalisations patrimoniales, mais cela fait vivre les quartiers », constate Jean-Luc Moudenc. Les installations sportives sont une autre source de satisfaction de l’édile, avec 14 parcours de forme, 67 équipements de fitness, 5 city stades ouverts ou les 30 millions d’euros débloqués pour la rénovation des piscines.

L’écologie au cœur des débats

Le maire de Toulouse répète qu’il a fortement végétalisé la ville depuis son arrivée. Avec 10 % d’espaces verts supplémentaires, 18 000 arbres plantés, 10 nouveaux jardins partagés, 500 points fleuris grâce à l’opération Des fleurs sur mon mur, la fin de l’utilisation des produits phytosanitaires dans les services municipaux ou la mise en place d’un dispositif d’écopâturage sur la zone des Argoulets : « La nature en ville, ce n’est pas quelque chose que nous avons découvert en janvier dernier », dit-il. Des propos que Pierre Cohen balaie : « C’est de la communication, bien faite, à quelques mois d’un scrutin au cours duquel l’écologie sera au cœur des débats ».

En termes de sécurité, Jean-Luc Moudenc revendique la multiplication des caméras de surveillance, au nombre de 376 à ce jour, le réarmement et le doublement des effectifs de la police municipale. Quant à la hausse de 15 % des impôts locaux à son arrivée en 2014, le maire assure que « cet effort fiscal demandé aux Toulousains sera bientôt effacé. Grâce à la suppression en cours de la taxe d’habitation et à la diminution de 25 % du prix de l’eau à partir de 2020 », précise-t-il. Jean-Luc Moudenc insiste enfin sur la relation de confiance qu’il a voulu instaurer avec ses administrés et notamment sur les 2438 réunions de concertation dans les quartiers ces cinq dernières années, deux fois plus que durant le mandat de son prédécesseur. « Je ne suis pas sûr que nous les ayons comptés, sourit Pierre Cohen. La fronde que soulève le projet Toulouse Euro Sud-Ouest (Teso) montre que nous n’avons pas la même définition de la concertation. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.